•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chiffres encourageants

AbitibiBowater

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

D'après un document obtenu par la Presse canadienne, AbitibiBowater a enregistré des pertes de 314 millions de dollars en 2009. La situation semble s'améliorer comparativement à 2008, où les pertes se chiffraient à 1,4 milliard de dollars.

D'après un document obtenu par la Presse canadienne, AbitibiBowater a enregistré des pertes de 314 millions de dollars en 2009. En 2008, les pertes se chiffraient à 1,4 milliard de dollars, occasionnées surtout par la restructuration de l'entreprise.

La situation semble s'améliorer pour l'entreprise qui s'est placée sous la protection des arrangements avec les créanciers il y a un an. « Les usines qui opèrent présentement opèrent presque à pleine capacité. Oui, effectivement, on se retrouve avec moins d'installations, avec une production réduite, mais tout de même qui fonctionne », explique Pierre Choquette d'AbitibiBowater.

L'entreprise n'écarte pas d'autres arrêts de production, notamment en raison de la reprise économique aux États-Unis qui tarde. Le département du Commerce américain prévoit toujours près de 600 000 mises en chantier en 2010, soit près de trois fois moins qu'en 2006.

Le prix du papier journal prend du mieux, mais demeure très bas. La parité du huard avec le dollar américain est un autre élément à considérer. Malgré tout, le professeur en foresterie à l'Université Laval, Luc Bouthillier, demeure encouragé par la situation. « Ça semble possible qu'on s'en sorte, c'est une possibilité, mais pas une certitude. »

Par ailleurs, AbitibiBowater attend toujours le résultat du vote sur les ententes de principes présentées à ses syndiqués.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !