•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Victoire pour les francophones

Hôpital
Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick propose diverses mesures pour améliorer les services de santé en français. Il donnera notamment à la Régie de santé A la désignation d'un organisme de langue française.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Shawn Graham, a réagi jeudi matin au rapport dévoilé la veille par Gino LeBlanc au sujet des services de santé en français dans la province.

Le gouvernement propose diverses mesures en réponse à ce rapport. Il donnera à la Régie régionale de la santé A la désignation d'un organisme de langue française qui fonctionne dans cette langue. Le projet de loi nécessaire a été présenté à l'Assemblée législative jeudi.

Les deux régies de la santé seront tenues responsables d'améliorer la prestation des services de santé dans les deux langues officielles.

La ministre de la Santé disposera aussi du pouvoir de donner à des établissements le statut d'hôpital universitaire.

Ces mesures seront présentées à l'Assemblée législative au cours de la session parlementaire courante.

Les libéraux prévoient présenter d'autres mesures au cours de la session suivante. Ils veulent que la majorité des membres des conseils d'administration des deux régies soient élus. Les premières élections à ce sujet auraient lieu en 2012.

Améliorer l'équité

Le gouvernement, s'il est réélu en septembre, prévoit aussi présenter un plan d'action de cinq ans pour voir à l'équité dans les futurs services médicaux spécialisés. Ce projet n'est pas présenté comme un plan de rattrapage.

« On utilise dans les prochains cinq ans un processus en collaboration avec les régies régionales pour les régions, pour trouver [un équilibre] dans le système pour les nouveaux services qui vont être introduits. Avec les deux régies régionales, on veut qu'il y ait plus d'équilibre avec les services dans la province, mais je veux être clair aujourd'hui. La dualité de service telle qu'elle existe dans notre système scolaire ne peut pas, ne doit pas être mise dans notre système hospitalier », explique le premier ministre Graham.

Quant à FacilicorpNB, l'agence chargée des services non médicaux, elle recevra le mandat de communiquer en français avec les établissements de santé qui fonctionnent dans cette langue.

Réagissant à cette annonce, le groupe Égalité santé en français a décidé de renoncer à sa poursuite judiciaire contre le gouvernement du Nouveau-Brunswick. Le groupe se bat pour que les francophones obtiennent un droit de gestion sur les soins de santé.

Recommandations mises en oeuvre

Dans son rapport commandé par le gouvernement, Gino LeBlanc proposait de désigner formellement la Régie régionale de la santé A comme une institution de langue française. Il proposait aussi la mise sur pied d'un programme de rattrapage des services spécialisés en français.

M. LeBlanc recommandait également que la majorité des membres des conseils d'administration des deux régies soient élus, comme c'était le cas avant la réforme imposée en 2008.

Les régies de santé

Le Nouveau-Brunswick compte depuis le 1er septembre 2008 deux régies de santé : la Régie régionale de la santé A, qui englobe les régions du nord et du sud-est de la province, et la Régie régionale de la santé B, qui comprend les régions du centre et du sud-ouest.