•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau START

Barack Obama et Dimitri Medvedev ont signé le traité au château de Prague.

Barack Obama et Dimitri Medvedev ont signé le traité au château de Prague.

Photo : AFP / Jewel Samad

Radio-Canada

Barack Obama et Dimitri Medvedev viennent de signer le traité START-2 sur le désarmement nucléaire, qui doit entraîner une réduction de leur stock respectif d'ogives de 30 %.

À Prague, le président américain Barack Obama et son homologue russe Dimitri Medvedev ont signé mercredi un nouveau traité russo-américain START sur le désarmement nucléaire.

La nouvelle entente prévoit que les arsenaux nucléaires des deux pays seront limités à 1550 ogives, soit une réduction de 30 % par rapport aux 2200 autorisés par le traité de Moscou, signé en 2002.

Le traité a été signé au château de Prague, devant lequel le président Obama avait dévoilé, il y a presque un an, jour pour jour, sa vision d'un monde dénucléarisé. Ce discours explique en partie pourquoi il a reçu le prix Nobel de la Paix en 2009.

Principaux points du nouveau traité START

  • Réduction du nombre d'ogives nucléaires de 74 % par rapport au traité START-1, signé en 1991;
  • Limitation à 800 du nombre de missiles intercontinentaux, à bord de sous-marins et de bombardiers;
  • Limitation à 700 du nombre de vecteurs déployés par la Russie et les États-Unis;
  • Aucune contrainte, selon les États-Unis, aux essais sur le bouclier antimissile;
  • Vérification sur place des installations nucléaires et échange de données entre les deux pays;
  • Traité d'une durée de cinq ans, avec possibilité de prolongation pour cinq ans de plus.

Les réductions prévues devront être atteintes dans les sept années suivant la ratification de l'accord par le Parlement russe et le Sénat américain. Le président Obama dit être persuadé que le Sénat ratifiera le traité.

Après avoir apposé sa signature au bas du traité, le président Obama a déclaré que le traité START-2 mettait un terme à la « dérive » qui caractérisait les relations entre les deux pays. Le président Medvedev lui a fait écho, en parlant d'une « nouvelle page » s'ouvrant sur les relations entre les deux pays.

Arrivé au pouvoir il y a 15 mois, le président Obama avait dit préconiser un nouveau départ dans les relations entre les deux grandes puissances militaires de la planète. Ces relations étaient devenues acrimonieuses à la fin du mandat de George W. Bush, en raison du projet de bouclier antimissile, des velléités d'anciens satellites soviétiques d'adhérer à l'OTAN et de la guerre en Géorgie.

Les deux présidents, qui ont profité de l'occasion pour tenir une rencontre bilatérale en bonne et due forme, ont également discuté d'autres sujets de préoccupation, dont le dossier nucléaire iranien, et, selon toute vraisemblance, la situation politique au Kirghizistan.

Avec les informations de Agence France-Presse