•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal s'anglicise, dit Pierre Curzi

Montréal

Photo : iStockphoto

Radio-Canada

Selon une étude réalisée par le bureau du député péquiste, l'anglais a une force d'attraction cinq fois plus importante que le français à Montréal. Les libéraux accusent Pierre Curzi d'être alarmiste.

Une étude réalisée par le bureau du député péquiste Pierre Curzi soutient que l'anglais a une force d'attraction cinq fois plus importante que le français. Au point que les francophones de Montréal seront minoritaires en 2016.

Après avoir colligé des données de Statistique Canada, Pierre Curzi dit constater que le français comme langue maternelle et d'usage est en recul à Montréal et dans sa banlieue. Selon M. Curzi, l'anglais est en forte progression malgré la loi 101 et le fait que les enfants d'immigrants doivent aller à l'école en français.

Dans certains cas, ils vont utiliser comme langue d'usage public le français. Mais s'ils habitent dans un environnement anglophone, ça va être uniquement la langue d'usage anglaise. Ce qu'on constate c'est qu'à la longue, la langue d'usage majoritaire, celle qu'ils vont utiliser le plus souvent et qu'ils vont finir par utiliser dans leur maison, ça devient l'anglais.

Pierre Curzi

L'étude avance que « l'anglicisation de Montréal et sa couronne doit être renversée si on veut éviter l'anglicisation de tout le Québec à long terme ». Mais Pierre Curzi se défend d'être alarmiste.

« On est dans un drôle de phénomène qui est préoccupant. On n'est pas alarmiste et on n'est pas politique dans ce document-là. On n'attaque nulle part aucun parti et on n'essaie pas d'être alarmiste. Ce qu'on dit, c'est qu'il faut que le français redevienne une langue prépondérante, une langue de la réussite et de la fierté dans tous les domaines, économique, culturel, scientifique », dit-il.

Le député de Borduas ajoute que l'étude ne vise pas à présenter des solutions, mais ne fait que poser le diagnostic.

Une étude alarmiste, dit la ministre St-Pierre

La ministre de la Culture et des Communications du Québec, Christine St-Pierre, a réagi à l'étude en accusant Pierre Curzi d'être alarmiste.

Il tente de dresser un portrait très très noir de la situation du français. Je ne dis pas que le portrait est parfait, que la situation est parfaite. Mais c'est le fonds de commerce du Parti québécois de travailler sur la crainte, la peur, alors c'est ce qu'il fait.

Christine St-Pierre

La ministre convient que l'anglais est attirant pour les immigrants et qu'il faut développer la « fierté de parler français et que les immigrants comprennent que le français est la langue officielle du Québec ». Mais elle ajoute qu'il faut respecter le fait que les immigrants parlent leur langue maternelle dans le privé.

La ministre déplore aussi que le député péquiste parle d'un document inaccessible pour la grande partie de la population. « Il parle d'un document que personne n'a vu, dit qu'il n'y a pas de solutions dans son document, je trouve que ça manque un peu de sérieux », poursuit la ministre.