•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déception dans la région

Radio-Canada

Les agriculteurs de l'Abitibi-Témiscamingue sont déçus de voir la Financière agricole appliquer une série de mesures de redressement. Ils estiment que le nouveau calcul de l'assurance stabilisation leur enlèvera des compensations de près de 5 millions de dollars.

Les agriculteurs de l'Abitibi-Témiscamingue sont déçus de voir la Financière agricole appliquer une série de mesures de redressement. Ils estiment que le nouveau calcul du programme d'assurance stabilisation des revenus agricoles leur enlèvera des compensations de près de 5 millions de dollars.

Le programme offre une compensation aux agriculteurs lorsque le marché est défavorable. Par exemple, il en coûte 1300 $ pour mener un bouvillon à terme. La bête est par la suite vendue 500 $ en moyenne. La Financière agricole compense donc cette différence.

Ce calcul est appelé à changer. Le montant octroyé sera dorénavant fixé à partir des fermes les plus efficaces. Ainsi, certains agriculteurs auront à composer avec une aide réduite.

Le directeur régional à la Financière agricole, Marc Dickey, explique que les mesures de redressement étaient nécessaires à l'octroi du budget de la Financière. « Les éléments qui ont été adoptés par le conseil d'administration faisaient partie des conditions pour obtenir les 630 millions de dollars. Nous appliquons directement ce que le ministre nous a donné comme mesure. »

Le ministre responsable de l'Abitibi-Témiscamingue, Pierre Corbeil, comprend les inquiétudes des agriculteurs. « On va faire valoir les particularités de nos productions ici et des difficultés que rencontrent nos producteurs pour justement tenter d'atténuer les mesures que la Financière va mettre en oeuvre. »

Dans le renouvellement de l'entente annuelle de la Financière agricole, un montant de 20 millions a été annoncé pour moduler les programmes en fonction des particularités régionales.