•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pluies mortelles à Rio

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des pluies diluviennes s'abattent sur la ville, touchant durement les quartiers pauvres, à flanc de colline. Les autorités rapportent qu'au moins 95 personnes ont perdu la vie dans des glissements de terrain.

Les favelas, ces quartiers pauvres qui parsèment les flancs des collines de Rio de Janeiro, sont durement touchées par les pluies diluviennes qui s'abattent sur la ville.

Les glissements de terrain dans ces bidonvilles sont responsables de l'essentiel des quelque 95 décès constatés par la Défense civile. Les autorités s'attendent par ailleurs à ce que le bilan s'alourdisse et ont appelé les habitants des favelas à ne pas sortir de chez eux.

Sur les autoroutes, au centre-ville, des milliers de voitures se sont retrouvées coincées par la montée subite des eaux en pleine heure de pointe. Le réseau routier de la ville est désormais un mélange de rivières et de torrents.

De nombreux Cariocas (habitants de Rio) ont décidé de dormir sur leur lieu de travail, tandis que les pompiers ont eu recours à des canots pour se porter à la rescousse de piétons piégés. Les militaires ont aussi ouvert leurs casernes aux sinistrés.

Le maire de la ville, Eduardo Paes, a annoncé la fermeture de toutes les écoles. Magasins, banques et bureaux ont emboîté le pas. Le gouverneur de l'État de Rio Sergio Cabral a déclaré l'état d'urgence.

« C'est la plus grande pluie à s'être jamais abattue sur Rio », a assuré le président Luiz Inacio Lula da Silva, présent dans la capitale.

Le président da Silva a par ailleurs critiqué les autorités municipales pour ne pas avoir fait respecter les règles du bâtiment dans la ville, rendant les habitations davantage vulnérables aux glissements de terrain.

« Nous ne pouvons que prier Dieu pour que la pluie diminue d'intensité, afin que Rio retrouve une vie normale et que l'on puisse réparer ce qui doit l'être », faisant notamment allusion au réseau d'égouts.

Il a par ailleurs senti le besoin d'affirmer aux journalistes qu'il ne fallait pas conclure du chaos ambiant que Rio n'était pas prête à accueillir la Coupe du monde de football de 2014 et les Jeux olympiques de 2016.

Les météorologues prévoient davantage de pluies dans les prochains jours.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !