•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bachand inflexible et optimiste

Le ministre des Finances, Raymond Bachand

Le ministre des Finances, Raymond Bachand

Radio-Canada

Le ministre des Finances ne déroge pas sur les moyens qu'il entend prendre pour atteindre ses objectifs budgétaires. Il croit aussi qu'Ottawa participera en versant plus de 2,2 milliards de dollars en compensation d'ici la fin du printemps.

Le ministre des Finances Raymond Bachand demeure inflexible sur l'ensemble des mesures annoncées dans le budget 2010-2011 du gouvernement du Québec.

Le ministre a été la cible de nombreuses questions et attaques, ce vendredi, dans le cadre de l'émission Le match des élus sur les ondes de RDI.

François Bonnardel de l'Action démocratique du Québec et Jean-Martin Aussan du Parti québécois participaient également au débat animé par Simon Durivage.

La franchise, une nécessité pédagogique

Interrogé sur la franchise de 200 $ qui sera demandée aux contribuables pour financer le réseau de la santé, le ministre estime qu'il s'agit là d'un moyen incontournable.

« Tout le monde doit savoir que ça coûte cher la santé », a répété Raymond Bachand.

La franchise, qui s'appliquera à partir de 2012, variera selon les revenus des patients, en plus de tenir compte du nombre de visites médicales effectuées.

Retirer les bénéfices de l'harmonisation

Parmi les autres revenus que souhaite obtenir le ministre, il y a la somme de 2,2 milliards de dollars que Québec espère récupérer d'Ottawa en compensions pour l'harmonisation de la TPS et de la TVQ.

Raymond Bachand estime avoir fait tout le travail nécessaire dans ce dossier et espère pouvoir obtenir le montant d'ici la fin du printemps.

Ottawa paiera les conséquences politiques s'ils ne veulent pas harmoniser, mais ils ont toujours dit qu'ils étaient prêts à le faire. Alors, on se donne un dernier blitz de négociation pour le faire. J'ai confiance qu'on réussisse.

Raymond Bachand, ministre des finances du Québec

Les autres cibles

Questionné sur le contrôle des dépenses, Raymond Bachand affirme que le gouvernement et les employés de l'état ont encore besoin de négocier pour en arriver à une entente, mais que les objectifs de productivité et de performance demeurent, et cela, en échange de gains monétaires qui tiennent compte du cadre financier.

Les hausses du coût de l'essence, de l'électricité et des frais de scolarité ont également animé le débat. Ces cibles, également mentionnées dans le récent budget, demeurent contestées par les députés de l'opposition, mais inévitables de l'avis du ministre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !