•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Caraquet se souvient

L'hôpital l'Enfant-Jésus

L'hôpital l'Enfant-Jésus

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La population de Caraquet, au Nouveau-Brunswick, souligne cinq ans de lutte contre la diminution des services à l'hôpital l'Enfant-Jésus.

La population de Caraquet, au Nouveau-Brunswick, a été conviée à un grand rassemblement devant l'hôpital l'Enfant-Jésus, mercredi soir. Cet événement organisé par le comité Action H souligne cinq ans de lutte contre la diminution des services à cet établissement.

Il y a cinq ans jour pour jour, l'Enfant-Jésus a connu sa dernière journée en tant qu'hôpital. Il a été transformé en centre de santé communautaire.

L'ancien gouvernement progressiste-conservateur de Bernard Lord avait amputé l'hôpital de ses lits et de la plupart de ses services, notamment l'urgence 24 heures.

L'Enfant-Jésus a par la suite retrouvé son statut d'hôpital, mais il n'offre pas toute la gamme habituelle de services d'un tel établissement. Les gens réclament notamment un service d'ambulance, d'obstétrique et de chirurgie.

Environ 200 personnes ont participé à la manifestation. Louise Blanchard, porte-parole du comité Action H, ne voulait pas rater ce rendez-vous.

« C'est aujourd'hui le 31, et on tient à le faire aujourd'hui. C'est la soirée où nous, le comité Action H, on a occupé le hall d'entrée pendant un mois. Chaque année, on célèbre [...] la persévérance, la ténacité des gens face à cette injustice », explique Louise Blanchard.

Gisèle Lalonde, ancienne présidente du regroupement ontarien SOS Montfort, a prononcé un discours lors de ce rassemblement.

Ce que je viens vous livrer aujourd'hui, c'est une promesse. Si nous sommes solidaires, si nous sommes tenaces, nous l'emporterons.

Gisèle Lalonde, ex-présidente de SOS Montfort

Ce discours a galvanisé certains manifestants, comme Gaétan Dugas. Il a maintenant hâte d'assister à la prochaine réunion publique des membres du conseil d'administration de la Régie de la santé. « S'il faut les confronter d'une manière directe, point par point, on va le faire », promet-il.

Le premier ministre libéral Shawn Graham affirme qu'il travaille avec la collectivité pour améliorer les services, mais on est encore loin d'une salle d'urgence avec ambulance comme le réclament les manifestants.

« C'est notre gouvernement, le gouvernement libéral, qui a restauré l'hôpital de Caraquet. On essaie maintenant de restaurer le service 24 heures par jour. Le problème qui existe aujourd'hui parce que les conservateurs ont abandonné l'hôpital, c'est difficile maintenant de faire le recrutement de médecins, de spécialistes pour cet hôpital », affirme Shawn Graham.

Les gens de Caraquet promettent de continuer leur combat. Il reste à voir ce que les politiciens leur promettront cet automne. Les élections générales au Nouveau-Brunswick auront lieu en septembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !