•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une levure contre le cancer

Une friteuse

Une friteuse (archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un laboratoire à l'Île-du-Prince-Édouard croit avoir trouvé une arme contre une substance cancérigène qui apparaît lors de la cuisson à haute température d'aliments riches en glucides.

Un laboratoire à l'Île-du-Prince-Édouard croit avoir trouvé une arme contre l'acrylamide, une substance cancérigène présente dans plusieurs aliments à haute teneur en glucide.

Le pain, les frites, les croustilles, par exemple, contiennent cette substance naturelle et cancérigène qui inquiète l'Organisation mondiale de la santé. L'acrylamide cause des cancers dans des animaux de laboratoire.

John Husnik, chercheur au laboratoire de l'entreprise Phyterra Yeasts à Charlottetown, explique que le problème apparaît lorsque l'on cuit ces aliments à une température supérieure à 120 degrés Celsius. Donc, on voit cela dans la friture des pommes de terre et lors de la cuisson du pain au four.

John Husnik, un spécialiste des levures, surtout dans la production du vin, s'est demandé s'il y avait possibilité de créer une levure qui consommerait la substance responsable de la formation de l'acrylamide dans les aliments, avant leur cuisson.

Après quelques mois de recherche, il conclut que c'est possible. Sa découverte pourrait représenter une arme importante dans la prévention du cancer.

Selon John Husnik, on ne peut pas tout simplement arrêter de manger ces aliments riches en glucides, car dans certains pays, ils représentent 40 % du régime alimentaire.

La solution possible serait donc l'ajout de la levure des laboratoires de Phyterra Yeasts. M. Husnik précise que l'entreprise développe des souches de levures qui consomment de préférence la substance responsable de l'acrylamide dans les aliments.

Cette recherche n'est encore qu'au stade préliminaire. Les chercheurs devront effectuer des tests hors du laboratoire dans une production alimentaire industrielle afin de démontrer le bien-fondé de leur découverte.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !