•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un hominidé inconnu

Représentation d'un homme de Néandertal
Photo: AFP / PATRICK BERNARD
Radio-Canada

L'analyse d'un fragment d'os retrouvé en Russie semble révéler l'existence d'une lignée disparue d'ancêtres du genre humain. Cet hominidé inconnu à ce jour aurait vécu il y a 40 000 ans en Sibérie.

La découverte d'un fragment d'os d'un doigt dans une grotte de Sibérie n'avait pas alerté outre mesure ses découvreurs russes durant l'été 2008.

La phalange d'un auriculaire, faussement associée à celle d'un des hommes de Neandertal qui peuplaient les grottes de la région, n'avait à leurs yeux rien d'extraordinaire.

Le fragment avait quand même été ramassé et gardé pour analyse future. Un examen qui révèle aujourd'hui un matériel génétique tout à fait particulier.

Des chercheurs allemands de l'Institut Max Planck ont extrait et séquencé l'ADN du fossile pour établir qu'il ne correspondait pas à celui de l'homme de Neandertal ni à celui de l'homme moderne, qui vivaient dans la région à l'époque.

Un nouveau cousin

Le matériel génétique extrait de l'os laisse plutôt penser qu'il appartiendrait à un type d'hominidé éteint, qui aurait migré d'Afrique longtemps avant les deux autres membres de notre famille.

Il aurait cependant pu, selon les chercheurs, côtoyer des hommes de Neandertal qui étaient présents à moins de 100 km de la grotte Denisova et des hommes modernes qui vivaient dans les montagnes Altaï depuis plus de 40 000 ans.

Les auteurs des travaux procèdent actuellement à l'analyse du principal génome issu du noyau des cellules afin de déterminer si l'hominidé de Denisova appartient à une nouvelle espèce ou simplement à un lignage différent.

Selon les connaissances actuelles, il faut remonter jusqu'à un million d'années pour trouver un ancêtre commun à l'hominidé de Denisova, à l'homme moderne et à Neandertal, dont l'ADN mitochondrial a déjà été analysé.

L'équipe allemande pense qu'il serait issu d'une migration de représentants du genre Homo hors du continent africain différente de celles effectuées par les ancêtres de Neandertal, il y a environ 400 000 ans, et les hommes modernes, il y a 50 000 ans.

Les seuls représentants du genre humain connus étaient jusqu'en 2003, les hommes de Neandertal et les Homo sapiens.

La découverte de l'homme de Flores en Indonésie cette année là, dont le plus récent fossile date de 13 000 ans, a fait supposer l'existence d'une troisième espèce humaine.

L'hominidé sibérien, qui aurait vécu il y a entre 30 000 ans et 48 000 ans, pourrait représenter une quatrième espèce.

Le détail de ces travaux est publié dans le magazine Nature.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press