•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet de loi 57 adopté par Québec

Forêt
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La loi qui a pour objectif de changer le processus de distribution du bois des terres publiques et d'assurer une meilleure protection de la forêt a été adoptée mardi à l'unanimité.

Québec a adopté à l'unanimité, mardi, mais dans une quasi-indifférence, le projet de loi 57 qui modifie le régime forestier québécois. Peu de personnalités publiques étaient au courant de son adoption. Pourtant, après six ans de crise forestière, cette loi a pour objectif de changer le processus de distribution du bois des terres publiques et d'assurer une meilleure protection de la forêt.

Pour Luc Bouthillier, spécialiste des questions forestières à l'Université Laval, le nouveau régime forestier répond à un urgent besoin. Toutefois, selon lui, d'ici à son entrée en vigueur, plusieurs points restent à éclaircir. « C'est une petite révolution que d'amorcer cette séparation de la forêt et de l'industrie de transformation », dit-il.

De quelle manière s'articulera la mise aux enchères de 25 % des approvisionnements en forêt publique? La question inquiète le représentant de la FTQ au Saguenay-Lac-Saint-Jean, Jean-Marc Crevier. « Jusqu'à la dernière minute, les gens demandaient encore des éclaircissements sur cet aspect-là. Qu'est-ce qui se passe avec ces gens-là qui étaient syndiqués et demain matin, c'est un nouvel employeur? C'est gros comme changement », s'interroge-t-il.

Même s'il est heureux de l'adoption de la loi à l'unanimité, le président de la Conférence régionale des élus, Georges Simard, va continuer de demander plus de pouvoirs pour la région. « Plus ça va se rapprocher de nos régions, de nos MRC, plus ça va être intéressant pour nous », affirme M. Simard.

La Loi 57 adoptée par Québec continue par ailleurs de soulever la grogne de l'industrie. Mardi, le président du Conseil de l'industrie forestière du Québec, Guy Chevrette, a déclaré qu'en s'engageant dans les opérations forestières elles-mêmes, l'État nuira à la rentabilité des entreprises.

Le nouveau régime forestier doit entrer en vigueur en avril 2013.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !