•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Obama promulgue la loi

Le président Obama signe le projet de loi.

Le président Obama signe le projet de loi.

Photo : La Presse canadienne / AP/J. Scott Applewhite

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président Obama signe officiellement la loi sur la réforme du système de santé, qui entre du coup en vigueur. Quelque 32 millions d'Américains pourront maintenant bénéficier d'une assurance maladie.

Après un an d'âpres négociations, le président américain Barack Obama a signé mardi la Loi sur des soins de santé abordables, qui permettra à 32 millions d'Américains de se procurer une assurance maladie.

La loi, approuvée dimanche par le Congrès, a été signée peu avant midi dans une salle de la Maison-Blanche, devant plusieurs membres de son administration et des parlementaires démocrates.

Elle est considérée comme le plus important changement en matière de santé publique aux États-Unis depuis la création du programme Medicare pour les personnes âgées en 1965.

« Aujourd'hui, après un siècle d'efforts, aujourd'hui, après un an de débats, aujourd'hui, après que tous les votes ont été comptés, la réforme de l'assurance maladie devient loi aux États-Unis », a déclaré le président Obama.

« Nous avons maintenant enchâssé ce principe fondamental selon lequel tout le monde doit avoir une protection de base lorsqu'il est question de soins de santé. »

— Une citation de  Barack Obama

L'objectif de la réforme est d'offrir une couverture médicale à 95 % des Américains de moins de 65 ans, les plus âgés étant déjà couverts par Medicare, un système d'assurance publique.

Elle prévoit de l'aide pour les foyers à revenu modeste et étend également la portée de Medicaid, le programme fédéral d'assurance maladie pour les Américains les plus pauvres.

La loi interdit aux compagnies d'assurance de refuser de prendre en charge un citoyen qui présente des problèmes de santé préexistants, comme cela était possible jusqu'ici.

La mise en oeuvre de la réforme, adoptée sans qu'un seul républicain ne l'ait approuvée, pourrait s'avérer difficile. Les procureurs de 11 États ont déjà annoncé qu'ils contesteront sa constitutionnalité.

L'adoption de la loi n'en est pas moins considérée comme une victoire politique pour le président. Barack Obama avait plaidé en faveur d'un changement en profondeur du système de santé lors de sa campagne présidentielle.

Le débat ne s'est pas déroulé exactement comme prévu cependant. Le président a notamment dû abandonner son projet de créer un régime d'assurance public qui aurait rivalisé avec ceux offerts par les compagnies d'assurances. L'idée n'a jamais pu être adoptée au Sénat.

Le président a également dû y sacrifier sa volonté de mener des débats bipartites. Les républicains se sont constamment opposés à ce projet et l'utiliseront vraisemblablement pour attaquer les démocrates lors des élections de mi-mandat, en novembre prochain.

Lors d'un discours prononcé moins d'une heure après qu'il eut promulgué la loi, le président Obama a d'ailleurs continué de déboulonner plusieurs critiques formulées par des adversaires de la réforme.

Selon le Congressional Budget Office, une agence indépendante liée au Congrès, la réforme de la santé entraînera des coûts de 940 milliards de dollars au cours des 10 prochaines années.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !