•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des employés n'auraient pas été payés

Le centre Narconon à Trois-Rivières
Radio-Canada

Trois ex-employés affirment ne pas avoir été rémunérés pour les heures qu'ils ont travaillées au centre de désintoxication Narconon.

Le centre de désintoxication Narconon à Trois-Rivières se retrouve une fois de plus dans l'embarras. Après avoir fait les manchettes pour ses liens avec l'Église de scientologie, qui ont inspiré ses méthodes, le centre est maintenant soupçonné de ne pas avoir payé trois de ses ex-employés.

Richard Lussier, Alexandre Cagliesi et Mario Lebebvre affirment ne pas avoir été rémunérés pour les heures qu'ils ont travaillées au centre Narconon. « Toutes les deux ou trois semaines, on a un 100 $ de dépôt plutôt que d'avoir une paie au complet. Ils promettent mer et monde, mais on n'est pas capable d'avoir notre paie au complet », déplore M. Lussier.

Richard Lussier était cuisinier chez Narconon. Il a toutefois été congédié récemment parce que, selon lui, son employeur ne tolérait pas qu'il pose des questions. L'homme soutient que le centre lui doit encore quatre semaines de salaire.

Chaque année, environ une vingtaine de toxicomanes sont admis au centre de désintoxication Narconon. Ils déboursent entre 20 000 $ et 25 000 $ pour suivre une thérapie de trois mois. « Il y a quelque chose de louche là-dedans. Il y a une lumière à faire tant au niveau de la structure que de ce qui se passe avec l'argent. Comment ils gèrent ça? », demande Alexandre Cagliesi.

Plusieurs plaintes ont été déposées contre Narconon à la Commission des normes du travail relativement à des sommes d'argent impayées. Une plainte a aussi été déposée à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.

Des enquêtes ont été ouvertes pour faire la lumière sur ces dossiers.

Toutes les tentatives de Radio-Canada pour obtenir les commentaires des dirigeants de Narconon sont demeurées vaines.