•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des prix Cendrier et Oxygène

De père en flic
Louis-José Houde et Michel Côté dans De père en flic Photo: © Alliance Films
Radio-Canada

Le Conseil québécois sur le tabac et la santé dévoile un palmarès des films d'ici et d'ailleurs établi en fonction de l'image de la cigarette qu'ils projettent au grand écran.

Le Conseil québécois sur le tabac et la santé dévoile un palmarès des films d'ici et d'ailleurs établi en fonction de l'image de la cigarette qu'ils projettent au grand écran. Les pieds dans le vide, avec Guillaume Lemay-Thivierge, obtient le prix Cendrier parce « le jeune héros athlétique, rebelle et friand de sensations fortes s'allume une cigarette à tout propos ».

À l'opposé, De père en flic mérite le prix Oxygène parce qu'il a évité « tous les stéréotypes associés au genre policier qui présente souvent des flics ou des truands cigarette au bec ».

On a interdit la cigarette dans les endroits publics, mais la télévision est un endroit public, comme le cinéma!

Jici Lauzon, porte-parole de la campagne de sensibilisation

Du côté des films étrangers, le chapitre 2 de la saga Twilight, Tentation, remporte le prix Oxygène, tandis que le prix Cendrier échoit à la comédie musicale Neuf.

Les autres films en nomination, suggérés par le public sur le site web du Conseil québécois sur le tabac et la santé, étaient :

Prix Cendrier (Québec)

  • Dédé à travers les brumes
  • 1981
Coco avant ChanelCoco avant Chanel Photo : © Warner Bros. France

Prix Oxygène (Québec)

  • Pour toujours les Canadiens
  • 5150, rue des Ormes

Prix Cendrier (international)

  • Millenium - Le film
  • Coco avant Chanel

Prix Oxygène (international)

  • Harry Potter et le prince de Sang-Mêlé
  • 2012

Le jury, composé d'un réalisateur, d'un comédien, d'une scénariste, d'un professeur en marketing et d'une représentante du Conseil québécois sur le tabac et la santé les a évalués selon trois critères :

  • nombre de scènes de consommation de tabac dans la production
  • nombre et importance des personnages qui fument
  • message véhiculé par les scènes de tabagisme

Le nombre de personnes qui fument à l'écran a doublé depuis 20 ans alors que, durant cette même période, le taux de tabagisme a diminué de 45 % au Québec.