•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accueil

Radio-Canada



La croissance économique fabuleuse de la Chine n'a pas fini de nous étonner.

Les grandes compagnies d'État chinoises sont présentes partout sur la planète, même chez nous au Canada. Mais cette poussée internationale a commencé... sur le continent africain.

Des employés chinois dans un chantier de Lomé, au Togo

Des employés chinois dans un chantier de Lomé, au Togo

Photo : Sylvain Desjardins

Dès les années 1990, l'Afrique a été une sorte de laboratoire stratégique pour la Chine. Certains projets de collaboration, surtout en agriculture et en santé, ont même commencé dans les années 1980. Le phénomène est devenu plus évident depuis le début des années 2000. Les compagnies de construction, les minières, les pétrolières et même les entreprises de télécommunications chinoises sont présentes dans presque tous les pays du continent africain.

C'est d'abord pour répondre à ses besoins énormes de matières premières que la Chine a multiplié les investissements en Afrique.

Les grands travaux d'infrastructure des compagnies chinoises ont d'abord été entrepris dans des pays riches en pétrole comme le Nigeria, l'Angola, le Soudan et la République démocratique du Congo. Ce n'est pas un hasard : les compagnies d'extraction pétrolière chinoises sont entrées en scène immédiatement après.

Ces mêmes pays sont instables, ravagés par des guerres qui perdurent et qui font fuir les compagnies occidentales. Mais la Chine a une conception pour le moins différente de celle des Occidentaux en matière de droits de la personne.

Mais comment cela se passe-t-il au quotidien?

Des habitants du village gabonais de Maïbout, qui sera déplacé par un projet chinois de mine de fer

Des habitants du village gabonais de Maïbout, qui sera déplacé par un projet chinois de mine de fer

Photo : Sylvain Desjardins

Est-ce que les Africains en profitent? Quelles sont les relations économiques, sociales et culturelles entre les deux populations?

Et quels sont les grands projets en cours?

C'est pour tenter de répondre à ces questions que je me suis rendu au Gabon et au Togo en février dernier.

J'ai rencontré des travailleurs, des commerçants, des chefs d'entreprises, des analystes et des dirigeants politiques des deux communautés, africaine et chinoise.


Pourquoi ces deux pays en particulier?

Au cours des quarante dernières années, le Togo et le Gabon ont été dirigés d'une main de fer par des présidents autocratiques. Ces deux pays sont connus pour la corruption et pour l'enrichissement des élites au détriment de la population. Aujourd'hui, une nouvelle génération est au pouvoir. Quelle relation voudront-ils maintenir avec la Chine? Cette série radiophonique tente de répondre à cette question.

Sylvain Desjardins

Terres à vendre
Reportage diffusé à l'émission Une heure sur terre