•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Le rêve de Québec

Cérémonie d'ouverture aux Jeux olympiques de Vancouver

Photo : La Presse canadienne / Charlie Riedel

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Selon un sondage commandé par Radio-Canada, trois citoyens de Québec sur quatre appuient la candidature de leur ville pour les jeux d'hiver de 2022 ou de 2026.

Les citoyens de Québec rêvent des Jeux olympiques, selon un sondage SOM commandé par Radio-Canada. Trois personnes sur quatre appuient la candidature de leur ville pour les jeux d'hiver de 2022 ou de 2026. En effet, 48 % des adultes sondés sont tout à fait d'accord et 27 % d'entre eux sont plutôt en accord pour que la ville pose sa candidature.

Il s'agit d'un soutien plus important qu'à l'époque de la candidature de Québec pour les JO de 2002. L'engouement est particulièrement élevé chez les personnes âgées entre 18 et 34 ans, qui sont 88 % à souhaiter la venue des jeux. Chez les 65 ans et plus, l'engouement se situe à 61 %.

Quelque 38 % de la population de Québec appuie la candidature de Québec principalement en raison des retombées économiques qui en découleraient. D'autres répondants, soit 29 % d'entre eux, estiment que Québec est une ville de neige et qu'elle a tout ce qu'il faut pour accueillir les Jeux olympiques d'hiver de 2022 ou 2026.

L'appui m'a surpris. C'est plus élevé que ce que l'on observait dans les sondages à l'époque des premières candidatures de Québec.

Une citation de :Gilles Therrien, président de la firme SOM

L'engouement national suscité par les Jeux de Vancouver a possiblement influencé les résultats du sondage qui a été réalisé en février. « Le sondage a été fait au moment le plus avantageux pour la candidature. Donc, certainement que c'est vraisemblable de penser que ça peut s'estomper », précise M. Therrien.

Même si l'appui de la population reste massif au cours des prochaines années, ce qui représente un facteur clef, Québec fait face à d'autres importants défis dont celui de s'assurer d'avoir une montagne à proximité de la ville d'une hauteur adéquate, ce qui n'était pas le cas lors de la mise en candidature de 2002.

Il faudra également que la ville se dote d'infrastructures modernes comme un anneau de glace et un amphithéâtre, ce qui constitue d'importantes dépenses.

Des Jeux, mais pas à n'importe quel prix

Même si la majorité des sondés souhaite que Québec pose sa candidature, seulement 26 % des citoyens sont prêts à contribuer à un fonds spécifique par le biais d'une taxe spéciale pour financier l'éventuel événement.

En effet, les deux tiers des répondants ne sont pas prêts à contribuer à ce fonds spécifique et 11 % des sondés demeurent indécis à propos de cette question.

Entre idéalisme et réalisme

S'ils sont une majorité à vouloir que leur ville accueille les JO d'hiver de 2022 ou 2026, les citoyens de Québec sont plus divisés lorsqu'ils sont questionnés sur les véritables chances de leur ville d'être choisie. En effet, 52 % des répondants croient que les chances de Québec d'obtenir les JO sont très ou assez élevées.

En revanche, 48 % des citoyens pensent que ces chances sont peu élevées, voire nulles. Ces derniers estiment notamment que les infrastructures et les installations font défaut et qu'il serait difficile d'accueillir les JO en 2022 ou 2026 car le Canada les a déjà eus deux fois au cours des dernières années.

Le sondage de la firme SOM a été réalisé auprès de 604 personnes du 24 février au 9 mars 2010 dans la région de Québec. La marge d'erreur est de 4,4 %, soit 19 fois sur 20.

Régis LabeaumeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'absence d'adversaires à l'Équipe Labeaume pourrait nuire au taux de participation.

Photo : La Presse canadienne / Clement Allard

Labeaume, le meilleur ambassadeur

Toujours selon les résultats du sondage, il semble que le maire de Québec, Régis Labeaume, apparaisse comme la meilleure personnalité afin de promouvoir d'éventuels Jeux olympiques d'hiver à Québec en 2022 ou 2026.

Parmi les six candidatures proposées aux répondants comme principal responsable du dossier, 32 % d'entre eux ont opté pour Régis Labeaume.

L'ex-directeur général des Fêtes du 400e de Québec, Daniel Gélinas (16 %), Jacques Tanguay (12 %), Louis Garneau (9 %), Patrick Roy (8 %) et Claude Rousseau (6 %) ferment la marche.

Un sondage éclairant

Les résultats du sondage SOM éclairent très certainement Équipe Québec dans sa démarche pour déterminer si une candidature pour Québec est souhaitable et possible.

Le président de l'organisation, Claude Rousseau, croit que le sondage est un élément additionnel qui pourrait bien figurer dans le rapport sur les Jeux de Vancouver qu'il doit livrer d'ici la fin du printemps.

C'est des éléments additionnels qu'on va ajouter dans l'analyse qu'on va faire [...] Je suis convaincu que les politiciens, autant du côté municipal que du côté provincial, vont prendre ces composantes-là en considération pour prendre un choix et prendre une décision éclairée.

Une citation de :Claude Rousseau, président d'Équipe Québec

Réactions politiques

La ministre fédérale responsable de la région de Québec, Josée Verner, a affirmé être satisfaite des résultats du sondage SOM. « Je pense qu'on est tous un peu dans le sentiment postolympique. Je regardais ça et je me disais : "Mon dieu, ça serait extraordinaire si on avait ça dans notre ville, dans notre région". On a ce qu'il faut », a-t-elle réagi.

Même son de cloche du côté du premier ministre Jean Charest. « C'est important d'avoir des signaux parce que dans le passé, les signaux étaient contraires puis on ne veut pas répéter deux fois la même erreur », a-t-il dit.

Ce dernier rejette toutefois l'idée d'une taxe spéciale qui financerait l'événement. « Pourquoi on ferait une taxe spéciale à Québec? Il y a d'autres moyens d'aller chercher le financement, entre autres avec les ententes qu'on va obtenir sur les anneaux olympiques [...] Les taxes spéciales, moi je ne crois pas en ça pour ces jeux-là. »

D'après un reportage de Julie Marceau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !