•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Mandat d'arrestation contre Jocelyn Dupuis

    Jocelyn Dupuis (archives)
    Jocelyn Dupuis (archives)

    L'ex-directeur général de la FTQ-Construction devra répondre de trois chefs d'accusation. On le soupçonne de fraude, de fabrication de faux documents et d'avoir incité un tiers à commettre un crime.

    Un mandat d'arrestation a été lancé mercredi à l'endroit de l'ex-directeur général de la FTQ-Construction. Jocelyn Dupuis doit faire face à trois chefs d'accusation :

    • fraude à l'endroit de la FTQ-Construction;
    • fabrication de faux documents;
    • incitation à commettre une infraction.

    La fraude alléguée à l'endroit de son employeur aurait été commise entre décembre 2007 et novembre 2008.

    Le deuxième chef de fabrication de faux documents est lié à la production de 39 faux rapports entre décembre 2007 et novembre 2008.

    Le dernier chef d'accusation allègue que Jocelyn Dupuis a demandé, entre avril et décembre 2008, à un secrétaire-trésorier de la FTQ-Construction de soumettre une fausse facture pour un montant de quelque 11 300 $, dans le but de faire défrayer clandestinement par la FTQ-Construction l'installation de fenêtres neuves chez Yves Mercure (actuel président de la FTQ-Construction). Cette infraction n'a finalement pas été commise.

    Jocelyn Dupuis est actuellement en Californie. Il est attendu qu'il se rende à la police à son retour au pays, en avril prochain.

    Rappel des faits

    M. Dupuis a dirigé la FTQ-Construction pendant 11 ans, soit jusqu'en septembre 2008. Il a démissionné en septembre 2008 à la demande expresse du président de la FTQ, Michel Arsenault, qui l'a confronté au sujet de dépenses exagérées et d'une enquête dont il faisait l'objet de la part de la SQ. Plusieurs de ces histoires ont été révélées au public par l'émission Enquête.

    Selon 34 rapports de dépenses et 109 factures que Radio-Canada a obtenus, Jocelyn Dupuis a réclamé 125 000 $ en frais de restaurant sur une période de six mois, soit une moyenne de 4753 $ par semaine. Certaines factures font état de soirées bien arrosées, comme une réclamation à La Mise au Jeu du Centre Bell pour 1078 $, dont 630 $ seulement en alcool. Au restaurant Cavalli, la FTQ-Construction a dépensé 24 294 $ en deux mois.

    Certaines factures sont détaillées, mais la plupart des documents sont des reçus remplis à la main, provenant souvent des mêmes restaurants. Une experte judiciaire en écriture et documents, Yolande Gervais, avait conclu que des reçus du Resto-Pub Ste-Thérèse pour des repas dont le coût variait de 200 $ à 2000 $ avaient en fait été signés par M. Dupuis lui-même, qui utilisait le prénom Claudette.

    Bien que son départ soit survenu dans la controverse, M. Dupuis a empoché une prime de départ de 140 000 $. Les sommes réclamées par Jocelyn Dupuis n'ont jamais été remboursées.

    La FTQ-Construction est un syndicat de 70 000 membres.

    La FTQ-Construction se dissocie de Dupuis

    La FTQ-Construction a réagi au mandat d'arrestation émis à l'endroit de son ancien directeur général.

    Dans un bref communiqué, le syndicat rappelle que Jocelyn Dupuis a quitté ses fonctions à la FTQ-Construction en novembre 2008.

    La FTQ-Construction dit aussi que la direction actuelle du syndicat a remis en octobre dernier le dossier des notes de frais de Jocelyn Dupuis à son procureur. Dans le communiqué, le syndicat souligne qu'il s'agit en fait de photocopies des factures soumises par Jocelyn Dupuis, « les factures originales ayant été subtilisées au printemps 2008 des bureaux de la FTQ-Construction ».

    Le syndicat indique également avoir volontairement remis en mars 2009 tous ses livres de comptabilité à la Sûreté du Québec.

    Des liens troublants à la FTQ

    Le 31 mars, la SQ a mené une perquisition dans l'édifice de la FTQ, plus précisément dans les bureaux du Fonds de solidarité, dans le cadre d'une enquête sur du blanchiment d'argent dans des compagnies de construction. Les bureaux du Syndicat des métiers de la truelle, affilié à la FTQ-Construction, ont aussi été perquisitionnés le 12 mai, avant qu'une nouvelle perquisition ne soit menée deux jours plus tard dans les bureaux de la SOLIM, le bras immobilier du Fonds de Solidarité FTQ à Montréal.

    Le 22 septembre, Radio-Canada a aussi révélé que l'ex-président de la FTQ-Construction, a fait appel à un de ses nombreux contacts avec des membres du crime organisé, le Hell's Angels Jacques Israël Émond, pour convaincre un candidat à sa succession de retirer sa candidature et de voter pour le candidat de Jocelyn Dupuis, Richard Goyette. Le candidat en question, Dominic Bérubé, a effectivement retiré sa candidature et M. Goyette a été élu par deux voix de majorité.

    Radio-Canada avait précédemment révélé les notes de frais faramineuses présentées par M. Dupuis alors qu'il était en fonction. Sur quatre de ces factures figurait le nom de Raynald Desjardins, condamné par le passé à 15 ans de prison pour trafic de drogues. M. Desjardins a déjà été un des hommes forts du clan mafieux des Rizzuto et a aussi été proche de l'ex-chef des Hell's Angels, Maurice « Mom » Boucher.

    Aucun thème sélectionné