•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Carence majeure en vitamine D

Vitamine C

Photo : Getty

Radio-Canada

Des chercheurs américains et canadiens sont surpris de constater que 59 % des jeunes adultes en santé présentent des carences en vitamine D dans leur sang.

Pas moins de 59 % des jeunes adultes présenteraient une carence en vitamine D dans le sang, montre une étude réalisée en partie à l'Université McGill.

De ces personnes, le quart souffrirait de carences graves, c'est-à-dire moins de 20 ng/ml.

Une insuffisance de cette vitamine dans l'organisme est liée à l'augmentation du gras corporel, à l'affaiblissement musculaire et à diverses maladies comme :

  • le cancer
  • l'ostéoporose
  • le diabète
  • les maladies cardiovasculaires
  • les maladies auto-immunes

Cette recherche est la première à relier clairement les niveaux de vitamine D à l'accumulation de gras dans le tissu musculaire.

Les médecins savent depuis longtemps que la vitamine D est essentielle à la force musculaire. D'autres travaux ont montré que les personnes âgées alitées reprennent rapidement des forces lorsqu'elles consomment de la vitamine D ou encore qu'un bébé dont la mère a eu une carence en vitamine D pendant sa grossesse a généralement une masse osseuse inférieure à la normale en grandissant.

Surprise

Les auteurs sont surpris des résultats actuels, puisque les participants à l'étude étaient de jeunes californiennes profitant d'une bonne alimentation et d'une bonne exposition au soleil (reconnue pour déclencher la production de vitamine D par l'organisme).

Ce qui entraîne une carence en vitamine D dans le groupe étudié n'est donc pas clairement établi, note le Dr Richard Kremer de l'Université McGill.

Des niveaux élevés de vitamine D pourraient contribuer à réduire le tissu adipeux. Ou bien le tissu adipeux pourrait absorber et retenir la vitamine D de sorte que les personnes en surpoids pourraient souffrir de carence en vitamine D.

Dr Richard Kremer, Université McGill

Ces nouvelles données confortent celles recueillies lors d'une autre étude de la même équipe qui associaient de faibles taux de vitamine D à une augmentation de la graisse viscérale chez les jeunes filles.

Recommandations

Le Dr Kremer rappelle que d'autres études doivent maintenant être réalisées afin de vérifier si la prise de suppléments de vitamine D est efficace pour réduire l'accumulation de gras dans les muscles ou augmenter la force musculaire.

Les résultats complets de cette étude réalisée en collaboration avec le Dr Vincente Gilsanz, de l'University of Southern California, sont publiés dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !