•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une mort qui aurait pu être évitée, selon la coroner

Le stationnement du 135, boulevard Deguire au moment de l'effondrement d'une dalle de béton

Le stationnement du 135, boulevard Deguire au moment de l'effondrement d'une dalle de béton en novembre 2008.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La coroner recommande l'inspection détaillée des immeubles construits avant 1990, après la mort d'un homme écrasé sous une dalle de béton dans le stationnement d'un immeuble de l'arrondissement Saint-Laurent, le 26 novembre 2008.

Lacunes dans la construction et l'entretien, infiltration de sel et d'eau... Les problèmes étaient nombreux et inquiétants dans le stationnement du 135, boulevard Deguire, où un homme a trouvé la mort le 26 novembre 2008, selon les conclusions de la coroner Catherine Rudel-Tessier, qui ont été rendues publiques vendredi.

Par conséquent, affirme en substance la coroner, cette mort aurait pu être évitée si seulement le propriétaire avait fait inspecter son immeuble et fait faire les réparations nécessaires.

Saleh Khazali est mort écrasé sous une dalle de béton de 60 tonnes qui recouvrait le stationnement intérieur d'un immeuble de l'arrondissement Saint-Laurent. La victime était dans sa voiture lorsque la dalle s'est écroulée sur la carrosserie.

La coroner Rudel Tessier conclut que Saleh Khazali est décédé par asphyxie positionnelle.

Et ce drame est survenu parce que la dalle qui s'est écrasée était dans un piètre état.

D'autres morts de ce genre pourraient survenir

Pour éviter que pareil accident ne se reproduise, la coroner recommande à tous les propriétaires d'immeubles du Québec de prendre leurs responsabilités en recourant régulièrement à l'expertise d'ingénieurs. Catherine Rudel-Tessier recommande la tenue de ces inspections pour les immeubles construits avant 1990 et surtout pour les stationnements « qui sont plus atteints par la corrosion que n'importe quel autre immeuble », dit-elle.

Les immeubles construits dans les années 1980 sont plus susceptibles de présenter des défauts structuraux importants.

Le stationnement de l'immeuble du boulevard Deguire avait été construit dans les années 1970. Catherine Rudel Tessier affirme que les propriétaires successifs de l'immeuble du boulevard Deguire ne documentaient pas les réparations effectuées à leur propriété.

Les ingénieurs de la Régie du bâtiment du Québec évaluent que les événements suivants ont précédé l'effondrement :

  • la perméabilité de la surface a entraîné l'infiltration de sel;
  • le sel a dégradé les aciers d'armature;
  • la rouille a fait gonfler le volume des barres, provoquant le délaminage du béton sur l'épaisseur de la dalle.

La Régie du Bâtiment du Québec prend acte du rapport

La Régie du bâtiment du Québec assure que de nouvelles normes d'entretien des immeubles figureront dans le chapitre intitulé « bâtiment » du code de sécurité adopté par la Régie.

Ces normes (qui devraient être adoptées sous peu par la Régie) seront accompagnées de sanctions. Le nouveau règlement devrait entrer en vigueur en 2011.

Des locataires avaient alerté le propriétaire

Dans le cas de l'immeuble du boulevard Deguire, des locataires avaient tenté d'attirer l'attention du propriétaire sur certains phénomènes peu rassurants qui étaient survenus dans le stationnement.

« Des locataires disaient : "J'ai vu qu'il y avait du sel sur ma voiture, des petits morceaux de béton tombaient, il y avait des infiltrations d'eau, on entendait des bruits bizarres". Mais un oeil non averti ne peut pas savoir quel est l'impact de ça », déplore la coroner Rudel-Tessier.

À cet égard, la coroner recommande de publiciser l'existence d'une ligne sans frais qui permet aux citoyens de faire part de leur inquiétude relativement à l'état de certaines structures. Le numéro que doivent composer les citoyens en pareil cas est le 1 888 271-1827.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !