•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un plan de gestion conjoint est réclamé

Pêche au crabe

Bateau de pêche (archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La majorité des pêcheurs crabiers de Natashquan à Baie-Trinité réclament un plan de gestion conjoint pour obtenir de meilleurs prix.

La zone de pêche au nord d'Anticosti a déjà eu son plan de gestion, de 1993 à 1998. Le porte-parole des crabiers, Serge Poirier, soutient que le crabe y est de qualité comparable et veut rétablir un mécanisme de négociation.

« La plupart des pêcheurs ont été payés 1,60 $, 1,75 $ dans les autres zones du Québec, par les mêmes producteurs qui nous paient 1,30 $ sans aucune négociation, sans aucun recours pour les prix donnés au pêcheur », explique-t-il.

De leur côté, les industriels de la transformation se débattent avec les conditions difficiles des marchés.

L'Association québécoise de l'industrie de la pêche (AQIP), qui regroupe les usines de transformation, se dit quand même prête à revivre la gestion conjointe des stocks. Son directeur, Jean-Paul Gagné, compare la gestion conjointe des stocks à la présence d'un syndicat.

« C'est une négociation qui va se faire, puis regarder les tenants puis les aboutissants de tout ça. Il y a beaucoup d'impondérables sur les marchés, ça dépend des inventaires en main, ça dépend de la fluctuation de notre dollar. »

Les pêcheurs rattachés à une usine n'appuient pas le projet.

Quant à la Régie des marchés agricoles, elle prévoit la tenue d'un référendum. Cependant, la décision ne tombera pas à temps pour la prochaine saison de pêche au crabe qui devrait commencer autour du 5 avril prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !