•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un herbicide change les grenouilles mâles en femelles

Xenopus laevis

Le Xenopus laevis est une grenouille d'Afrique du Sud très utilisée en laboratoire.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'atrazine, un des herbicides les plus utilisés dans le monde, peut castrer des batraciens mâles ou encore les transformer en femelles, rapportent des chercheurs américains, qui s'inquiètent pour la survie des populations.

L'atrazine, un herbicide parmi les plus utilisés dans le monde, peut castrer des grenouilles mâles ou encore les transformer en femelles, affirment des chercheurs américains.

Sous la supervision du professeur Tyrone B. Hayes, de l'Université de Californie à Berkeley, les scientifiques ont constaté que les grenouilles mâles exposées à l'atrazine voyaient notamment leur taux de testostérone et la grosseur de leurs glandes reproductrices diminuer. Leur comportement reproducteur, leur production de sperme et leur fertilité sont aussi affectées de manière négative.

Les chercheurs précisent que 75 % des grenouilles mâles exposées à l'herbicide sont castrées et 10 % se transforment en femelles.

Ces résultats concordent avec des données de recherches précédentes. En 2002, le professeur Hayes avait démontré que la présence d'atrazine dans l'eau pouvait transformer des têtards en hermaphrodites. D'autres études ont révélé que l'atrazine pouvait féminiser les grenouilles léopards et les poissons-zèbres et causer une baisse de la production de sperme chez les saumons et les caïmans.

Une question de survie

Selon les scientifiques, les mâles devenus femelles demeurent génétiquement des mâles, mais possèdent des organes génitaux de femelles. Ils peuvent se reproduire avec d'autres mâles, mais ne peuvent donner naissance qu'à des descendants mâles, ce qui inquiète les scientifiques quant à la survie des populations de grenouilles.

« Dans les populations exposées, il peut sembler que les grenouilles se reproduisent, mais en fait, la population est dégradée lentement mais sûrement par l'introduction de ces animaux altérés », explique le professeur Hayes.

Selon le professeur Hayes, les pesticides, en particulier l'atrazine, sont une des principales causes du déclin des populations des amphibiens dans le monde. Le taux d'extinction des amphibiens est 200 fois supérieur à ce qu'il devrait être, selon les scientifiques.

Les résultats de l'étude sont publiés dans la présente édition de Proceedings of the National Academy of Sciences.

Un herbicide répandu

L'atrazine est un herbicide et pesticide utilisé dans plus de 80 pays. Il est abondamment employé aux États-Unis. Au Canada, on le répand notamment dans les champs de maïs. En 2004, l'Union européenne l'a interdit en raison des dangers qu'il présente pour l'environnement, en plus de ses possibles effets cancérigènes. L'an dernier, l'Agence de protection de l'environnement (EPA) des États-Unis a annoncé qu'elle allait procéder à de nouvelles recherches sur les effets de l'herbicide sur les humains.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !