•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les alertes sont levées

Carte géographique indiquant l'épicentre du séisme.
Radio-Canada

Au lendemain du puissant séisme qui a secoué le Chili, les alertes au tsunami ont été levées dans tous les pays bordant le Pacifique.

Après avoir tenu les autorités en alerte samedi, les répercussions du tsunami qui a traversé l'océan Pacifique sont beaucoup moins importantes que prévu.

Le Centre d'alerte au tsunami pour le Pacifique (PTWC) a levé l'avertissement qui prévalait pour les pays bordés par le Pacifique, soit 53 nations et territoires.

Au Japon, les plus hautes vagues à toucher les côtes ont atteint 120 centimètres. Des ordres d'évacuation avaient été émis pour plus de 320 000 personnes. Le niveau d'alerte était à son plus haut en 15 ans. L'eau a franchi des digues, mais aucune victime ni dégât n'ont été signalés. Tôt lundi, le Japon a officiellement levé son alerte au tsunami.

Hawaï « évite le pire »

Le PTWC avait évoqué la possibilité de « dégâts » le long des côtes d'Hawaï.

Or, l'alerte au tsunami, conséquence du séisme de magnitude 8,8 qui s'est produit dans la nuit de vendredi à samedi au Chili, y a été levée quelques minutes après l'arrivée de vagues de moins de deux mètres, qui n'ont fait aucun dégât majeur. La gouverneure de l'État, Linda Lingle, a estimé que l'archipel a « évité le pire ».

Des bateaux quittent le port d'Ala Moana, à Honolulu, en réaction à l'avis de tsunami émis par les autorités.Des bateaux quittent le port d'Ala Moana, à Honolulu, en réaction à l'avis de tsunami émis par les autorités. Photo : PC / Marco Garcia

La Russie avait aussi lancé une alerte au tsunami et évacué la péninsule du Kamtchatka et des îles Sakhaline, où étaient attendues des vagues de deux mètres de haut.

Premières victimes du tsunami

Rapidement après le séisme, le PTWC avait émis une alerte au tsunami pour les côtes chiliennes et péruviennes. Le gouvernement américain avait par la suite progressivement étendu l'alerte à l'ensemble des pays de l'océan Pacifique.

Au large des côtes chiliennes, une vague géante a endommagé l'île de Robinson Crusoé, dans l'archipel Juan Fernandez, qui compte 650 habitants. Les autorités locales rapportent la mort de 5 insulaires et la disparition de 11 autres.

Une vague de plus de deux mètres s'est abattue sur la ville côtière de Talcahuano, non loin de Conception, rapporte le Centre d'alerte au tsunami du Pacifique. On ignore pour l'instant si les dégâts y sont importants puisque les communications avec la région sont coupées.

L'archipel des Marquises, au nord-est de la Polynésie française, a aussi été frappé par une série de vagues de près de deux mètres. Les autorités locales ne rapportent aucun dégât majeur.

En Californie, les menaces de tsunami n'ont pas inquiété la population outre mesure, puisque la hausse du niveau de l'eau n'a atteint, au plus, qu'une soixantaine de centimètres.

Trois niveaux d'alertes

Les centres de surveillance des tsunamis utilisent trois niveaux d'alerte pour prévenir la population.

Avertissement : ce niveau d'alerte le plus élevé est émis lors d'une menace imminente d'un tsunami à la suite d'un important séisme sous-marin ou de la confirmation de la présence d'un tsunami destructeur.
Veille : ce niveau d'alerte moyen est émis lorsque seules les données sismiques, sans la confirmation de la présence d'un tsunami, laissent à penser qu'une vague destructrice pourrait toucher les côtes.
Avis : ce niveau d'alerte est émis pour aviser les populations côtières qu'une alerte supérieure est émise dans le même océan ou pour signifier que le tsunami ne pose aucun danger dans la région concernée.

Source : Centre d'alerte au tsunami pour le Pacifique

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters