•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une économie exsangue

René Préval et Lula

Le président René Préval reçoit son homologue brrésilien, Lula, à Port-au-Prince

Photo : AFP / Eitan Abramovich

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président René Préval estime que le séisme du 12 janvier a détruit entre « 35 % et 50 % du PIB d'Haïti. Il a tenu ces propos alors qu'il recevait son homologue brésilien, Lula.

Le séisme du 12 janvier pourrait avoir anéanti jusqu'à la moitié du produit intérieur brut (PIB) haïtien, a estimé jeudi le président René Préval, qui recevait son homologue brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva.

« Le tremblement de terre [...] a détruit entre 35 % et 50 % du PIB », a-t-il déclaré. Le premier ministre Jean-Max Bellerive avait précédemment déjà estimé que « 60 % du PIB d'Haïti [avait été] détruit en 35 secondes ».

En 2008, le PIB du pays se chiffrait à 7,37 milliards de dollars canadiens (en tenant compte de la parité du pouvoir d'achat) selon la Banque mondiale.

Le président Préval a en outre répété que le bilan atteignait les 200 000 à 300 000 morts.

René Préval et Lula ont par ailleurs annoncé que leurs deux pays ont signé un accord destiné à aider les paysans et les écoles haïtiennes.

Lula a également appelé la communauté internationale à annuler la dette d'Haïti. « Dans ce moment de douleur, dans ce moment de désespoir, nous devons relever la tête », a dit Lula lors de la rencontre, qui se tenait sur une base conjointe de l'ONU et des forces brésiliennes.

Le Brésil est très présent sur la partie haïtienne de l'île. Avec quelque 1300 soldats, il fournit près de 20 % des effectifs militaires de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH).

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !