•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet de TGV fait son chemin

Jean Charest (archives)
Jean Charest (archives)

Washington va créer un groupe de travail bilatéral pour étudier la faisabilité et la pertinence de développer des liaisons ferroviaires à haute vitesse entre Montréal et les villes de Boston et de New York.

L'espoir longtemps couvé par Québec d'un train à haute vitesse reliant Montréal à Boston et New York a porté ses premiers fruits.

Après une rencontre avec le secrétaire américain aux Transports, Ray Lahood, le premier ministre Jean Charest a annoncé que Washington acceptait de former d'un groupe de travail bilatéral pour étudier la faisabilité d'un tel projet.

C'est une très bonne nouvelle. C'est un projet que nous caressons depuis très longtemps.

Jean Charest

Ottawa, Québec, Washington, ainsi que tous les États concernés, seront représentés autour de la table. Deux lignes sont projetées, l'une reliant Montréal à Boston, l'autre, Montréal à New York.

Rien n'a encore été établi quant au moment où le groupe de travail doit commencer à siéger, et son budget de fonctionnement reste à être négocié, mais Jean Charest est optimiste.

Il n'y a pas d'échéancier. D'abord, il faut parler aux autres partenaires. Mais le secrétaire Lahood est très ouvert à ce projet. Il nous a confirmé également que pour le gouvernement Obama c'est un projet à long terme.

Jean Charest

Le premier ministre du Québec estime en effet que l'engagement de Barack Obama en faveur du transport ferroviaire est prometteur.

Jean Charest a par ailleurs avancé que Québec devait être prêt à envisager une participation au financement d'une partie du tracé en sol américain, entre la frontière et Albany, et non seulement à celui du tronçon, très court, en sol québécois.

L'intérêt économique pour la province d'un tel projet justifierait un tel investissement, défend-il. Il permettrait aussi d'amadouer les appréhensions de nombreux États américains face aux coûts de ces lignes pour trains à haute vitesse.

Le premier ministre du Québec termine ce dimanche un séjour de trois jours dans la capitale américaine, en compagnie de sept de ses homologues.

Ce séjour, organisé sous la houlette du Conseil de la fédération, a notamment donné lieu à une rencontre avec une vingtaine de gouverneurs d'État américains, réunis à Washington pour la rencontre annuelle de la National Governors Association.

C'est la première fois que le Conseil de la fédération était invité par son équivalent américain.

Avec les informations de La Presse canadienne