•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec en phase avec Washington

Du monoxide de carbone sortant du pot d'échappement d'une voiture.

Du monoxide de carbone sortant du pot d'échappement d'une voiture.

Photo : La Presse canadienne / Tom Hanson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Agence américaine de protection de l'environnement veut déposer un règlement pour imiter les normes californiennes et québécoises en matière d'émissions polluantes pour les voitures.

Le premier ministre québécois est à Washington où il multiplie depuis vendredi les rencontres avec des élus américains, en marge de la réunion du Conseil de la fédération et de l'Association des gouverneurs américains.

Jean Charest y a appris que la responsable de l'Agence de protection de l'environnement américain, Lisa Jackson, compte déposer un règlement pour imiter les normes californiennes et québécoises en matière d'émissions polluantes pour les voitures.

Il s'agit des mêmes normes que le ministre canadien de l'Environnement, Jim Prentice, avait récemment qualifiées de « stupides ». Ses propos avaient semé la controverse.

Selon les informations du premier ministre rapportées par la Presse canadienne, cette réglementation devrait être présentée le mois prochain pour entrer en vigueur entre 2012 et 2016. Le premier ministre québécois a indiqué que la réglementation viserait aussi les plus petits véhicules, comme l'a prévu le Québec.

C'est très significatif pour le Québec. [Nous sommes ] la seule province à avoir adopté des normes californiennes et [les autorités américaines] ont confirmé leur intention de faire de même au niveau fédéral américain.

Une citation de :Jean Charest

Toutefois, après sa rencontre avec la responsable américaine de l'environnement en compagnie d'autres autres premiers ministres canadiens, Jean Charest a également reconnu qu'il y a « très peu de chances » que des lois soient adoptées par le Congrès américain sur la question de la réduction des gaz à effet de serre.

Le danger des mesures protectionnistes

Par ailleurs, le premier ministre québécois estime que les États-Unis doivent accorder un traitement préférentiel au Canada pour éviter qu'il ne soit victime des mesures protectionnistes du Buy America Act.

Un accord est intervenu il y a moins de deux semaines entre le Canada et les États-Unis pour atténuer les effets de cette politique, mais plusieurs provinces, dont le Québec, la jugent insuffisante.

Cet accord couvre des secteurs comme la gestion des déchets agricoles et l'efficacité énergétique. Il permet aux entreprises américaines et canadiennes de soumettre leur candidature pour réaliser des projets.

Toutefois, l'entente n'accorde pas une pleine réciprocité entre les deux pays. Parmi les États, 13 en sont exemptés, ce qui représente un marché important pour le Québec.

Le premier ministre québécois a aussi profité de sa présence à la réunion extraordinaire réunissant une vingtaine de gouverneurs américains et les premiers ministres provinciaux pour réitérer son souhait de voir « l'hydroélectricité reconnue comme une forme d'énergie renouvelable ».

Son appel a reçu de nombreux échos positifs, notamment du gouverneur du Minnesota.

C'était la première fois que des premiers ministres de provinces canadiennes étaient reçus à la conférence annuelle des gouverneurs américains.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !