•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bilan s'alourdit

Des inondations et des glissements de terrain ont fait au moins 40 morts et une centaine de blessés à Madère

Un homme secouru in extremis à Funchal

Photo : La Presse canadienne / Octavio Passos

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Au moins 40 personnes sont mortes et plus d'une centaine d'autres ont été blessées samedi dans les inondations provoquées par les fortes pluies qui se sont abattues sur l'île touristique de Madère, au large de l'Afrique.

Les inondations et les glissements de terrain causés par les pluies diluviennes qui se sont abattues samedi sur la petite île situé au large du Maroc, dans l'Atlantique, ont fait au moins 40 morts et plus d'une centaine de blessés.

Selon un correspondant de l'AFP dans la capitale Funchal, la force de l'averse a créé une situation chaotique.

« Les rivières sont sorties de leurs lits, les routes se sont transformées en torrents, emportant de la boue et des débris, provoquant des glissements de terrain », a-t-il expliqué samedi. On rapporte aussi des arbres déracinés et de nombreuses voitures emportées par les flots.

Des ponts et de nombreuses maisons ont été détruits, notamment dans la région de la capitale. Des centaines de personnes vivant dans la partie basse de la ville devront être relogées. Plusieurs hôtels de l'île où se trouvaient de nombreux touristes, allemands et britanniques, ont aussi été évacués.

Lisbonne a déjà dépêché des équipes de secours sur les lieux. Le gouvernement régional a demandé de l'aide supplémentaire au président de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso, qui est lui-même portugais.

Madère, principale île de l'archipel portugais du même nom, situé dans l'Atlantique, est une destination touristique très prisée, peuplée de quelque 250 000 habitants.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !