•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pesticides encore accusés

Un scan du cerveau
Photo: iStockphoto (archives)
Radio-Canada

Le taux de Parkinson dans une ville israélienne agricole est deux fois plus élevé que dans les villages voisins, soit 70 cas pour 100 000 habitants. La raison : la présence de pesticides en grande quantité, soutiennent des chercheurs.

Les pesticides sont une fois de plus associés à l'apparition de la maladie de Parkinson.

Une étude menée par des chercheurs israéliens à Baqa Al-Gharbieh, au nord-est de Tel Aviv, montre que la maladie dans cette ville agricole est deux fois plus présente que dans les villages voisins, dont la population a pourtant un profil génétique similaire.

Selon le Dr Rafiq Masalha, l'un des auteurs des travaux, le taux de parkinson atteint 70 cas pour 100 000 habitants dans cette ville, alors qu'il est de 43 pour ses voisines.

Nous estimons que ce taux plus élevé s'explique par la présence massive de pesticides dans les champs environnants, des pesticides dispersés notamment par des avions.

Dr Rafiq Masalha, Centre médical Soroka

Les chercheurs estiment que l'inhalation de pesticides affecte la production de la dopamine, un neurotransmetteur dont l'insuffisance dans le cerveau est reconnue comme l'une des causes de la maladie de Parkinson.

Le détail de ces travaux est publié dans journal de l'association médicale israélienne.

C'est en 2006 que le lien entre les pesticides et la maladie de Parkinson a été évoqué pour la première fois par une équipe de l'Université Harvard, qui avait estimé que l'exposition à long terme aux pesticides, même à petite dose, augmentait de 70 % les risques de contracter la maladie.

Ce lien a depuis été confirmé par des chercheurs écossais et français, qui ont associé la maladie à l'exposition aux insecticides organochlorés.

Le lien est soupçonné depuis de nombreuses années. Déjà, en 2000, des chercheurs américains avaient montré, chez des rats, que le contact avec le pesticide roténone favorisait l'apparition de symptômes de type parkinson.

Le Parkinson

Trois signes principaux caractérisent le syndrome parkinsonien :

  • Des tremblements qui se manifestent chez les deux tiers des personnes atteintes
  • Une raideur des muscles
  • Une lenteur des mouvements

La maladie survient habituellement autour de 60 ans. Les hommes sont un peu plus souvent touchés que les femmes (55 hommes pour 45 femmes).

Environ 100 000 personnes au Canada sont atteintes de la maladie de Parkinson, dont 25 000 au Québec.

Avec les informations de Agence France-Presse