•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un danger pour les joueurs pathologiques

Un homme joue au poker sur Internet

Un homme joue au poker sur Internet

Photo : AFP / Karen Bleier

Radio-Canada

Les directeurs de la santé publique du Québec demandent à Québec de retarder d'au moins un an l'étatisation des jeux en ligne. Selon eux, le nombre de joueurs pathologiques pourrait monter à 1500 en Abitibi-Témiscamingue d'ici quelques années.

Les 18 directeurs de la santé publique du Québec demandent au gouvernement québécois de retarder d'au moins un an l'étatisation des jeux en ligne. Selon eux, les jeux en ligne représentent un danger pour les joueurs pathologiques et les joueurs à risque, notamment en régions.

La directrice de la santé publique pour la région du Nord-du-Québec, la Dre Blandine Piquet-Gauthier, affirme que cette nouvelle loterie s'ajouterait à l'offre déjà existante comme les appareils de loterie vidéo. Cela représenterait un danger, selon elle.

« En régions éloignées évidemment, il n'y a pas de Ludoplex ni de casinos, mais il y a des appareils de loterie vidéo dans les bars et ceux-là sont fixes. C'est sûr qu'ils sont toujours là et ils ne seront pas enlevés. Donc, l'accès aux sites en ligne, c'est encore plus d'offres de jeu », déplore Mme Piquet-Gauthier.

« L'ordinateur est à la portée de main, la carte de crédit aussi, le joueur peut se brancher : tous les facteurs sont réunis pour que le joueur joue quelque soit son profil », affirme quant à lui le directeur de la santé publique de la région de Québec, François Desbiens. Ce dernier ajoute que des joueurs pourraient perdre le contrôle sur leur capacité à jouer.

Rappelons qu'en 2005, le ministère de la Santé et des Services sociaux avait identifié Val-d'Or comme zone fragile en raison du nombre élevé d'appareils de loterie vidéo.