•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Concordia fait naufrage

Voilier Concordia

Le Concordia à Halifax en juillet 2000 (archives)

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada

Le bateau-école basé à Lunenburg, en Nouvelle-Écosse, a coulé au large du Brésil, mais toutes les personnes à bord ont été secourues.

Le bateau-école Concordia, un grand voilier transportant des douzaines d'élèves du secondaire, a coulé au large du Brésil jeudi soir.

« L'équipage et tous les passagers ont été retrouvés et sont sains et saufs. C'est une bonne nouvelle », a déclaré le ministre des Affaires étrangères du Canada, Lawrence Cannon, par voie de communiqué.

Terry Davies, porte-parole du West Island College International, l'établissement néo-écossais responsable du voilier, explique que les 64 personnes ont trouvé refuge sur des embarcations de sauvetage. Des bateaux marchands qui se trouvaient dans les environs les ont ensuite secourues.

Les naufragés, soit 48 étudiants et 16 enseignants, sont maintenant en route pour Rio de Janeiro. Le naufrage s'est produit à 550 kilomètres au sud-est de cette ville. Le contre-amiral brésilien Leonardo Puntel indique que seulement deux personnes souffrent de blessures mineures.

Les autorités brésiliennes précisent qu'elles ont capté un signal de détresse vers 8 h, heure de l'Atlantique, jeudi matin. Elles ont ensuite communiqué avec le Centre de coordination des opérations de sauvetage, à Halifax, qui relayait l'information au collège.

Terry Davies ajoute que le collège a tenté sans succès de communiquer avec le bateau pendant la journée.

Le contre-amiral Puntel affirme que l'équipage d'un avion militaire a aperçu les embarcations de sauvetage dans la région trois heures après la réception du signal de détresse. Les militaires ont signalé cette découverte aux navires marchands qui se trouvaient dans les environs. Au moment où un navire de la marine est arrivé sur place, les naufragés avaient déjà été secourus.

Selon les autorités brésiliennes, les vents étaient forts et la mer était mauvaise dans le secteur.

Inquiétude pour les familles

Les parents des jeunes qui se trouvaient à bord ont vécu de longs moments d'angoisse. Shelly Piller, dont la fille Alicia était à bord, affirme que le collège l'a mise au courant du naufrage tard jeudi soir. Mme Piller, de Kenilworth en Ontario, dit que la situation était horrifiante et qu'elle a passé une nuit blanche.

Les parents d'un enseignant de français de Gatineau poussent un soupir de soulagement. Franz Plangger était à bord du bateau-école. Dès minuit, la nuit dernière, la famille a reçu des courriels et des appels de l'école pour les informer du triste événement et du dénouement.

Pierre Plangger, est persuadé que son frère de 28 ans est resté calme malgré tout. « J'ai hâte d'entendre les histoires, parce que je n'ai pas de misère à imaginer que malgré qu'ils étaient dans la mer, à 300 milles nautiques, c'est épeurant là. Je n'ai pas de misère à l'imaginer calme et capable d'un peu diriger les opérations pour le groupe qu'il supervisait. »

Information aux parents

Les proches des passagers et des membres d'équipage du Concordia peuvent communiquer avec le ministère des Affaires étrangères du Canada pour obtenir des nouvelles en composant le numéro suivant : 1 800 387-3124.

Le voilier de 57 mètres a quitté son port d'attache, Lunenburg, en septembre 2009. Il transportait des élèves de 11e et de 12e année, ainsi que des étudiants en première année universitaire. La plupart d'entre eux sont des Canadiens.

Le premier ministre Stephen Harper et le ministre Lawrence Cannon ont félicité et remercié la marine brésilienne et les navires marchands qui ont secouru les naufragés.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !