•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un suicide aérien

L'édifice qui abrite les bureaux l'Agence fédérale du revenu à Austin, au Texas.

L'édifice qui abrite les bureaux l'Agence fédérale du revenu à Austin, au Texas.

Photo : AFP / Jana Birchum

Radio-Canada

Un Américain de 53 ans incendie son domicile puis précipite délibérément son avion Piper Cherokee contre un édifice abritant les bureaux de l'Agence fédérale du revenu à Austin.

Un Américain de 53 ans a incendié son domicile puis précipité délibérément son Piper Cherokee, un petit avion de tourisme, contre un édifice qui abrite les bureaux l'Agence fédérale du revenu à Austin, au Texas.

Environ 200 employés se trouvaient dans l'édifice au moment de l'écrasement. Des témoins et des responsables ont rapporté qu'une importante explosion a obligé les gens à s'enfuir par les fenêtres.

Deux corps ont été retirés des décombres, dont probablement celui du pilote. Au moins 13 personnes ont été blessées, dont deux grièvement.

Selon les premiers renseignements diffusés par les télévisions américaines, l'appareil avait décollé de l'aéroport voisin de Georgetown. Il volait dans le cadre d'une réglementation qui n'impose pas au pilote de rester en contact avec les contrôleurs aériens.

Selon CNN, Joseph Andrew Stack, 53 ans, a laissé un message de suicide sur le web dans lequel il fustige le Service des impôts. L'ingénieur en informatique considérait que le fisc le volait et qu'il avait détruit sa carrière.

Eh bien, M. Big Brother, le contrôleur des impôts, essayons quelque chose d'autre : prenez votre dû et dormez bien.

Attribué à Joseph Andrew Stack

Deux avions de combat ont décollé d'urgence après l'accident. Un porte-parole de la Maison-Blanche, Robert Gibbs, a indiqué que le président Barack Obama avait été tenu au courant de la situation par son conseiller pour l'antiterrorisme, John Brennan.

Néanmoins, les autorités indiquent que cet écrasement est un geste isolé et qu'il n'y a pas lieu de craindre une attaque terroriste. Le département de la Sécurité intérieure a ouvert une enquête.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters