•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

XXX pour Saïd Namouh

Saïd Namouh

Photo : La Presse canadienne / HO

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Saïd Namouh, arrêté en 2007 à Maskinongé et reconnu coupable de quatre chefs d'accusation liés au terrorisme reçoit....

Saïd Namouh, un homme d'origine marocaine arrêté à Maskinongé en 2007, et reconnu coupable d'une série d'accusations liées au terrorisme est condamné à....

Les quatre chefs d'accusation retenus contre Saïd Namouh étaient: complot pour faire exploser un engin explosif, participation à un acte terroriste, faciliter et commettre de l'extorsion pour le compte d'un groupe terroriste.

Le juge Claude Leblond avait conclu que le groupe pour lequel travaillait Saïd Namouh, le Global islamic media front, était une organisation terroriste. En conséquence, les activités que l'homme effectuait pour ce groupe ont été qualifiées de terroristes.

La preuve reposait essentiellement sur le contenu de l'ordinateur de M. Namouh. De son domicile, en Mauricie, l'intéressé créait et diffusait de la propagande sur Internet.

Parmi les documents retrouvés, certains traitent de la fabrication de bombes et d'endroits où les dissimuler afin de faire le plus grand nombre de victimes.

En septembre 2007, les enquêteurs ont découvert des messages encodés qui confirmaient un projet de voyage de Saïd Namouh.

La Couronne a réclamé la prison à perpétuité pour le terroriste Saïd Namouh.

Saïd Namouh n'est pas citoyen canadien et il fait face à un ordre de déportation qui ne pourra être exécuté qu'au terme de sa peine d'emprisonnement.

Rappel des faits

Une enquête internationale est à l'origine de l'arrestation de Saïd Namouh, en septembre 2007, à Maskinongé. Selon la police, l'homme entretenait des liens par Internet avec des individus qui menaçaient notamment l'Allemagne et l'Autriche d'attentats si les deux pays maintenaient des contingents militaires en Afghanistan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !