•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Canadiens surendettés

Reprise de finance
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Selon l'Institut Vanier, l'endettement des Canadiens a atteint un niveau record en 2009, à 145 % du revenu des ménages.

Alors qu'Ottawa veut freiner l'endettement excessif des Canadiens, une nouvelle étude confirme que le budget des consommateurs est sur la corde raide.

Dans son 11e rapport annuel sur l'état du budget des familles, l'Institut Vanier souligne que les Canadiens n'observent toujours pas les effets de la reprise économique. Selon le directeur général de l'Institut, Clarence Lochhead, les effets positifs de la relance économique et de la remontée des bourses « tarderont à se traduire en emplois et en revenus pour sortir les familles de l'endettement ».

Dans ce rapport, l'Institut Vanier confirme les craintes du gouvernement canadien. Le niveau d'endettement des particuliers continue bel et bien de grimper. En 2009, l'endettement moyen a fracassé des records pour atteindre 96 100 $, soit environ 145 % du revenu des ménages. Plusieurs experts croient que ce ratio d'endettement va continuer d'augmenter, pour atteindre 160 % d'ici 2012.

Bulle immobilière

En 2009, les taux d'intérêt historiquement bas ont facilité l'accès au crédit pour bon nombre de Canadiens. Les acheteurs se sont multipliés sur le marché immobilier, si bien que le prix des habitations a grimpé de plus de 12 % en 2009, malgré la récession.

Chez People Patterns Consulting, Roger Sauvé, auteur du rapport pour le compte de l'Institut Vanier, souligne que le prix moyen des maisons atteint maintenant cinq fois le revenu des ménages. Au cours des vingt dernières années, ce ratio s'était plutôt maintenu autour de 3,7 fois le revenu des familles canadiennes.

L'immobilier représente une part grandissante de la dette des particuliers, et face à une remontée anticipée des taux hypothécaires, les Canadiens auront de plus en plus de difficulté à rembourser leur hypothèque. Selon Roger Sauvé, le contexte actuel laisse présager une correction du prix des maisons.

Par ailleurs, les taux d'intérêt historiquement bas n'ont pas empêché une explosion des faillites et des défauts de paiement en 2009. Par exemple, le nombre de remboursements hypothécaires en retard de plus de 90 jours a bondi de 50 % en l'an dernier. Le nombre de comptes de cartes de crédit en souffrance a aussi explosé, de 40 % sur la même période.

Le directeur général de l'Institut Vanier, Clarence Lochhead, affirme que « pour les ménages, la récession n'est pas finie. Pour nombre d'entre eux, les revenus sont insuffisants, les dépenses, trop nombreuses, l'épargne, dérisoire et l'endettement, trop élevé ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !