•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Landis le pirate...

Floyd Landis

Floyd Landis

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La justice française lance un mandat d'arrêt national contre Floyd Landis pour des soupçons de piratage informatique du laboratoire antidopage français.

Floyd Landis n'est pas au bout de ses peines. Après sa suspension pour dopage, le cycliste américain est de nouveau aux prises avec la justice.

Lundi, la justice française a lancé un mandat d'arrêt national contre Landis pour des soupçons de piratage informatique du laboratoire antidopage français de Châtenay-Malabry.

Le juge d'instruction du tribunal de Nanterre Thomas Cassuto précise que le mandat est lancé pour « atteinte à un système de traitement automatisé de données » et « recel ».

Déchu de sa victoire dans le Tour de France en 2006 pour dopage à la testostérone, Landis aurait cherché à prouver son innocence afin de démontrer que le laboratoire s'était trompé dans l'analyse de ses échantillons.

De son côté, l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) avait porté « plainte contre X » en 2006 après la découverte du piratage de son système informatique.

« Le juge (Thomas) Cassuto du TGI de Nanterre nous a informés qu'il avait lancé un mandat d'arrêt international contre Floyd Landis, déclaré positif à la testostérone au Tour 2006, pour qu'il s'explique sur le piratage à nos dépens du système informatique du laboratoire », a précisé Pierre Bordry, président de l'AFLD.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !