•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chronique de départs annoncés

Logo de Quebecor

Photo : www.quebecor.com

Radio-Canada

Les employés du journal de Baie-Comeau ont une nouvelle convention collective. L'entente fixe les modalités de départ d'une dizaine d'employés de l'hebdomadaire, qui appartient à Quebecor.

La nouvelle convention collective des employés du journal Le Plein Jour , à Baie-Comeau, entraîne le départ d'une dizaine d'employés. L'hebdomadaire est la propriété de Quebecor.

D'ici la fin de l'année, les activités de mise en page et d'administration seront transférées vers Montréal et Québec. Le journal ne comptera alors plus que deux employés syndiqués.

La convention collective des 12 employés du Plein Jour était échue depuis le 31 décembre dernier. Les intentions de réduire les activités au journal étaient connues des employés depuis des mois.

Un certain fatalisme a animé les négociations lorsqu'elles ont été lancées, admet Alain Therrien, conseiller syndical à la Confédération des syndicats nationaux. « Quand on pense au Réveil, au Journal de Montréal, au combat qu'il y a eu au Journal de Québec, les gens, ce n'est pas une grosse unité non plus ici. On ne parle pas de 125, 150 travailleurs. On parle d'une douzaine de travailleurs », dit-il.

Dans les circonstances, les discussions avec l'employeur visaient à obtenir de meilleures conditions de départ. Les employés licenciés obtiendront un préavis de quatre semaines. Ils obtiendront également deux semaines de salaire par année d'ancienneté, jusqu'à concurrence de 30 semaines.

Alain Therrien estime néanmoins que le départ aura un goût amer pour plusieurs employés. « Perdre sa job, ce n'est pas évident. À 55 ans non plus, c'est encore moins évident. Il reste encore une couple d'années en avant d'eux autres », affirme-t-il.

La convention collective prévoit un boni de 2 % à la signature et une augmentation du même ordre en 2012.