•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les étudiants pourraient payer la note

Autobus de la STS à Sherbrooke

La direction de l'Université de Sherbrooke songe à imposer aux étudiants des frais de 20 $ par session pour qu'ils continuent d'avoir accès au transport collectif offert par la Société de transport de Sherbrooke.

Les étudiants de l'Université de Sherbrooke pourraient devoir payer pour avoir accès au transport gratuit. La direction de l'établissement songe en effet à imposer, à compter de cet été, des frais de 20 $ par session aux étudiants pour qu'ils continuent de profiter du libre accès au transport collectif de la Société de transport de Sherbrooke (STS).

Cette possibilité survient au moment où l'Université de Sherbrooke et la STS renégocient les termes du contrat qui les lie. Depuis cinq ans, la gratuité du transport en commun coûte annuellement 1 million de dollars à l'Université.

À l'origine, l'établissement d'enseignement demandait 40 $ par session par étudiant. Cette demande a toutefois été revue à la baisse pour s'établir à 20 $.

Selon le vice-recteur aux ressources étudiantes de l'Université de Sherbrooke, le programme de transport gratuit est en quelque sorte victime de son succès. « Tout n'est pas encore ficelé, mais il est clair que le résultat de l'exercice va certainement amener une hausse du coût de ce programme, notamment par la popularité qu'il a obtenue. On nous dit que 50 % à 60 % de nos étudiants utilisent ce libre accès au transport en commun », indique Martin Buteau.

De son côté, la Fédération des étudiants de l'Université de Sherbrooke (FEUS) est à la recherche d'autres modes de financement. « On continue à parler avec le rectorat pour voir s'il n'y a pas des moyens de faire baisser ça, de trouver des modes de financement alternatifs. Présentement, on regarde les stationnements à l'Université de Sherbrooke. [...] On regarde aussi ce qui se fait dans les universités des autres provinces comme mode de financement, celles qui ont des U-Pass pour voir comment elles financent ça », explique le président de la FEUS, Édric L'Ériger-Lacasse.

L'Université se dit prête à étudier d'autres sources de financement. Une décision doit être prise le 29 mars par le conseil d'administration de l'Université de Sherbrooke.

Aucun thème sélectionné