•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ahmadinejad ouvre une porte

Mahmoud Ahmadinejad

Mahmoud Ahmadinejad (archives)

Photo : AFP / OLIVIER MORIN

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président Mahmoud Ahmadinejad dit ne pas voir de problème à ce que son pays transfère à l'étranger 70 % de son uranium faiblement enrichi, conformément au projet de l'AIEA.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a affirmé mardi que son pays est prêt à transférer à l'étranger la majeure partie de son uranium faiblement enrichi, conformément au plan destiné à régler le dossier du nucléaire iranien.

« Nous n'avons aucun problème pour envoyer notre uranium enrichi à l'étranger », a déclaré Mahmoud Ahmadinejad à la télévision nationale iranienne. Il semble donc avoir renoncé aux conditions posées jusqu'ici à la mise en oeuvre de la proposition mise de l'avant par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Le projet en question prévoit que 70 % de l'uranium faiblement enrichi (à 3,5 %) d'Iran soit transféré en Russie puis en France pour y être converti en combustible hautement enrichi (à 20 %) afin d'alimenter un réacteur de recherches médicales de Téhéran. Ce compromis visait à dissiper les soupçons des puissances occidentales à l'égard des ambitions militaires de la République islamique.

Téhéran en a accepté le principe, le 1er octobre dernier, à Genève, avant d'émettre des réserves et de réclamer de plus amples discussions. Brandissant la menace de nouvelles sanctions, les États-Unis et leurs alliés européens attendaient une réponse formelle avant la fin de l'année 2009. Cette réponse aurait été remise en janvier à l'AIEA, aux États-Unis, à la France et à la Russie. Elle ne reprendrait que les réserves émises antérieurement

« Si l'Iran a quelque chose de neuf à dire, nous sommes prêts à l'entendre », a commenté Mike Hammer, porte-parole de la Maison-Blanche.« Si les propos de M. Ahmadinejad reflètent un changement d'attitude, nous sommes impatients que l'Iran en informe l'AIEA », a-t-il ajouté.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !