•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Désaccord entre marmottes

Wiarton Willie et la mairesse

La marmotte albinos Wiarton Willie et la mairesse de Wiarton, Gwenn Gilbert. On ignore si la mairesse a vu son ombre.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada

Les marmottes Wiarton Willie (Ontario), Shubenacadie Sam (Nouvelle-Écosse) et Punxsutawney Phil (Pennsylvanie) voient leur ombre, mais une marmotte empaillée émet une prédiction opposée.

La marmotte Wiarton Willie a vu son ombre mardi matin. Selon la tradition, la marmotte albinos de la péninsule de Bruce, en Ontario, prédit donc que l'hiver durera encore six semaines.

D'autres marmottes ont également vu leur ombre, mardi. Au Québec, Fred, en Nouvelle-Écosse, Shubenacadie Sam, et en Pennsylvanie, Punxsutawney Phil, prédisent également six semaines d'hiver.

Une voix discordante

La seule marmotte qui a une voix discordante en ce 2 février est Spanish Joe, une marmotte morte il y a près de 20 ans. Selon le propriétaire de la marmotte empaillée, le conseiller municipal de Spanish Rick Story, Spanish Joe lui envoie des messages psychiques depuis l'au-delà. Il affirme que cette année, la marmotte n'a pas vu son ombre et que l'hiver va être court.

La tradition veut que si la marmotte voit son ombre et retourne dans son terrier le 2 février, l'hiver dure encore six semaines. Dans le cas contraire, l'hiver durerait quatre semaines.

Les organisateurs du jour de la marmotte affirment que les prévisions des rongeurs sont précises dans 75 à 90 p. 100 des cas. Cependant, les archives météorologiques prouvent que le taux de succès de la marmotte est très faible. Les données météorologiques des 30 à 40 dernières années pour 13 villes du Canada révèlent qu'il y a autant de jours ensoleillés le 2 février que de jours couverts. Durant cette période, les prévisions de la marmotte ne se sont avérées justes que dans 37 p. 100 des cas, c'est-à-dire que les hivers sont demeurés froids pendant plusieurs semaines après l'apparition d'une ombre nette le 2 février, ou qu'ils sont devenus beaucoup plus doux que d'habitude alors que ce jour-là était trop nuageux pour que l'on puisse voir une ombre. Les prévisions de la marmotte sont cependant erronées près des deux tiers des années : soit qu'elles sont contraires à ce qu'elles auraient dû être, soit que l'hiver se prolonge normalement. Dans ce cas, un taux de précision de 33 p. cent peut être le fruit du hasard. Un résultat de 37 p. 100 n'est donc pas significatif.

Source: L'encyclopédie canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !