•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des hauts gradés israéliens accusés

Des soldats israéliens préparent leurs munitions.

Des soldats israéliens préparent leurs munitions.

Photo : AFP / JACK GUEZ

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'armée israélienne annonce avoir entamé une procédure disciplinaire contre deux hauts officiers à la suite de tirs d'obus au phosphore sur Gaza, lors de l'opération « Plomb durci » en 2009.

Deux hauts gradés israéliens sont accusés par l'armée « d'avoir dépassé leurs prérogatives de façon à mettre en danger des vies » de civils, à la suite de tirs d'obus au phosphore contre un bâtiment de l'ONU à Gaza, lors de l'opération « Plomb durci » l'hiver dernier.

Il s'agirait, selon les médias israéliens, du général Eyal Eisenberg et du chef d'un régiment d'infanterie, le colonel Ilan Malka.

C'est dans le rapport officiel remis vendredi à l'ONU, qui s'efforce de réfuter les accusations de « crimes de guerre » de la commission d'enquête onusienne du juge sud-africain Richard Goldstone, que les autorités israéliennes ont indiqué avoir engagé une procédure disciplinaire contre deux officiers, sans les identifier.

Selon la radio publique, le commandement de l'armée s'est borné à infliger un blâme aux deux officiers.

Le bombardement durant l'opération « Plomb durci » a mis le feu le 15 janvier 2009 au principal entrepôt de l'agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA) dans la ville de Gaza après avoir été touché par des tirs d'obus israéliens.

Ce bombardement avait été unanimement condamné par la communauté internationale.

À la suite de cette bavure et d'autres attaques, Israël a versé 10,5 millions de dollars de réparations à l'ONU pour les dommages subis lors de l'offensive à Gaza.

Israël affirme avoir ouvert des enquêtes sur 150 incidents séparés, dont 36 font l'objet d'une enquête criminelle.

Dans le document de 46 pages, le gouvernement assure que son armée s'est conformée au droit international pendant l'opération à Gaza, du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2009.

Déclenchée pour stopper les tirs de roquettes contre Israël à partir de la bande de Gaza, contrôlée par le mouvement islamiste palestinien Hamas, l'offensive a fait plus de 1400 morts palestiniens et 13 Israéliens.

Division

Par ailleurs, Avishaï Braverman, ministre israélien chargé des minorités (travailliste), s'est prononcé pour la création d'une commission d'enquête indépendante sur le comportement de l'armée israélienne durant la guerre à Gaza du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2009.

En revanche, la dirigeante du parti Kadima (opposition, centriste), Tzipi Livni, qui était ministre des Affaires étrangères à l'époque de l'offensive, s'est déclarée hostile à toute forme d'enquête israélienne indépendante.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !