•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parole de blogues

Radio-Canada



Nous vous présentons ici le point de vue d'une blogueuse et d'un blogueur russes : la journaliste Anastasia Kirilenko et le consultant (qui est aussi chercheur) Eugene Gorny. Chacun pense que le web russe est un espace de discussion libre et que la censure n'existe pas en tant que telle. Il existe, par contre, des tentatives isolées de limiter la liberté de parole.


... les blogueurs cherchent à rendre leurs billets plus crédibles

Anastasia Kirilenko
Anastasia KirilenkoAnastasia Kirilenko

Anastasia Kirilenko habite à Moscou. Elle est journaliste au service russe de Radio Free Liberty et tient deux blogues, l'un en russe (Nouvelle fenêtre) et l'autre en français (Nouvelle fenêtre).

Radio Free Liberty consacre deux rubriques hebdomadaires aux blogues : « Conversations web » et « Revue des blogues ».

Anastasia Kirilenko a répondu à nos questions en français, par courriel.


Peut-on s'exprimer librement sur Internet en Russie?

En général oui, s'il ne s'agit pas de la Tatarie ou de la Sibérie! Un blogueur de Tatarie vient d'être condamné à 2 ans de prison pour « diffamation » du président tatar. Un blogueur de Sibérie a été condamné pour un an avec sursis pour avoir écrit en 2007 : « Il n'y a pas beaucoup de différences entre les flics et la racaille ». Les deux veulent faire appel de leur condamnation auprès de la Cour européenne des droits de l'homme.

Si la censure existe, comment s'exerce-t-elle?

Il peut y avoir des pressions psychologiques. Par exemple, certaines personnes peuvent être contactées par téléphone : on leur « propose » de leur retirer leur emploi. Pour ceux qui critiquent trop le pouvoir, il existe une « équipe » de blogueurs, qui sont toujours les mêmes, et qui écrivent toutes sortes de menaces comme « regardez sa mâchoire sur le profil : un coup de poing s'impose ». Il y a aussi les insultes... J'ai vécu ces situations. L'ignorance et la meilleure façon de réagir. Quand on passe aux menaces physiques, je réponds : « Je vais aller au parquet demain matin » [pour porter plainte], même si je n'ai ni le temps ni l'envie de le faire. Il y a aussi des cas de piratage informatique. Mais exception faite de certains sites dans le Caucase, l'État a décidé de ne pas recourir à la censure technologique, comme en Chine. À la place, il préfère inonder les blogues avec sa propre propagande.

Comment la censure est-elle contournée?

Dès qu'une information importante apparaît dans un blogue, les autres blogueurs copient le texte, font des impressions d'écran ou téléchargent la vidéo avant qu'on l'enlève. Mais un blogueur peut toujours perdre son blogue.

Un média parallèle, qui constituerait une alternative aux médias traditionnels, est-il en train de se développer?

Oui, on peut dire que c'est le cas à Moscou et à Saint-Pétersbourg... Mais paradoxalement en province, où la censure des médias traditionnels est plus forte, Internet est toujours bas débit et peu de gens sont abonnés. Cela dit, même les défenseurs des boucs d'Altai, une région près de la Sibérie, ou des opposants de Sotchi (sur la mer Noire) aux JO d'hiver de 2014 finissent par utiliser Internet, parce que c'est le seul moyen d'alerter l'opinion publique.

Le passé communiste et collectiviste de la Russie a-t-il une influence sur la façon dont se développe Internet?

Je ne sais pas si c'est à cause du passé communiste, mais la plupart des gens ont moins confiance dans Internet que dans les médias traditionnels. Du coup, les blogueurs cherchent à rendre leurs billets plus crédibles : ils ajoutent des documents numérisés, des témoignages vidéo, des numéros de téléphone.

L'utilisation d'Internet en Russie diffère-t-elle de l'usage qu'on en fait dans d'autres pays?

Comme partout ailleurs, les blogueurs russes ne s'intéressent pas beaucoup à la politique. Reste que le taux des blogueurs qui en parlent est, je crois, plus élevé que dans le reste de l'Europe. Il est cependant, me semble-t-il, moins élevé qu'en Iran...


Internet en Russie est le substitut de la sphère publique, qui est inexistante

Eugene Gorny
Eugene GornyEugene Gorny


Originaire de Novossibirsk, Eugene Gorny est journaliste, consultant, spécialiste de l'Internet et de la littérature en ligne. Il tient un blogue en russe (Nouvelle fenêtre).

Il effectue un doctorat au Goldsmiths College de l'Université de Londres sur le sujet suivant : « La dynamique de la création dans la cyberculture russe ».

Il est aussi l'auteur de A Creative History of the Russian Internet.

Cette entrevue a été réalisée par courriel en russe par Mark Ryjik, qui l'a également traduite en français.



Peut-on s'exprimer librement sur Internet en Russie?

Tout à fait. À la différence de la télévision et de la plupart des médias écrits, Internet, en Russie, n'est pratiquement pas contrôlé par l'État.

Si la censure existe, comment s'exerce-t-elle?

Il n'y a pas de censure, si on ne tient pas compte des restrictions que les médias en ligne s'imposent eux-mêmes et qui sont déterminées par leur politique rédactionnelle. L'environnement le plus libre est la blogosphère, où il existe toutefois quelques restrictions. Par exemple, sur Livejournal, il est interdit de publier de la pornographie. C'est puni de façon administrative et cela peut conduire à la fermeture du blogue mis en cause. Mais, en règle générale, les blogues ne sont pas censurés. Reste que si la censure en tant que telle n'existe pas, il est sûr qu'il existe des tentatives de limiter la liberté de la parole. Parmi les méthodes utilisées, on peut mentionner les procès contre des blogueurs, comme cela a été le cas de Savva Terentiev, l'utilisation de « web-brigades » qui pourrissent les blogues ou encore, les attaques de pirates informatiques.

Comment la censure est-elle contournée?

Il n'y a rien à contourner, car elle n'existe pas.

Un média parallèle, qui constituerait une alternative aux médias traditionnels, est-il en train de se développer?

Oui, si on considère comme des médias les blogues qui ont de l'audience.

Le passé communiste et collectiviste de la Russie a-t-il une influence sur la façon dont Internet se développe?

C'est le présent autoritaire de la Russie actuelle qui exerce une influence beaucoup plus grande sur le développement d'Internet.

L'utilisation de l'Internet en Russie diffère-t-elle de l'usage qu'on en fait dans d'autres pays?

L'Internet en Russie est le substitut de la sphère publique, qui est inexistante. De ce point de vue, la Russie est plus proche de l'Iran, de l'Égypte et de la Chine que des pays occidentaux. Par contre, en Russie, les répressions pour des déclarations en ligne sont beaucoup moins sévères que dans les autres pays que j'ai mentionnés.

Aucun thème sélectionné