•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Appui conditionnel à Kaboul

Hamid Karzaï et Gordon Brown lors de l'ouverture de la conférence sur l'Afghanistan

Hamid Karzaï et Gordon Brown lors de l'ouverture de la conférence sur l'Afghanistan

Photo : AFP / Leon Neal

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La communauté internationale réclame un recul de la corruption avant d'augmenter son aide au gouvernement afghan, tandis que Kaboul invite les talibans à une grande assemblée pour discuter d'un règlement du conflit.

Les participants à la Conférence de Londres sur l'Afghanistan ont dit jeudi qu'ils accepteraient d'augmenter de 50 % en deux ans l'aide au gouvernement afghan, à condition que des progrès surviennent dans la lutte contre la corruption.

Par ailleurs, la communauté internationale a salué la volonté du gouvernement afghan d'assumer totalement la responsabilité de la sécurité sur son territoire d'ici cinq ans, selon le communiqué final approuvé par quelque 70 pays. Kaboul prendra le commandement de la majorité des opérations dans les zones instables d'ici trois ans.

Le transfert de la sécurité aux forces afghanes devrait commencer en 2010, a déclaré le premier ministre britannique Gordon Brown. La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton affirme toutefois que la transition en Afghanistan dont il est question à la Conférence « n'est pas une stratégie de sortie ».

Appel à la réconciliation avec les talibans

« Nous allons créer un Conseil national pour la paix, la réconciliation et la réintégration, suivi d'une jirga », avait déclaré plus tôt le président afghan, Hamid Karzaï. Les talibans, précise-t-il, seront conviés à cette grande assemblée tribale.

Nous les invitons [NDLR: les talibans]. Nous souhaitons qu'ils viennent.

Une citation de :Hamid Elmi, porte-parole du gouvernement de Kaboul en entrevue avec Reuters

Le plan de réconciliation avec les talibans propose de l'argent et du travail aux insurgés qui décident de renoncer à la violence. Le gouvernement britannique a par ailleurs annoncé la création d'un fonds destiné à la réintégration des talibans dans la société afghane.

Plus de 140 millions de dollars ont été promis pour financer la première année de ce « programme de réintégration » des talibans, a annoncé le ministre britannique des Affaires étrangères David Miliband en clôturant la conférence.

Au total, le fonds international spécialement dédié à financer ce programme est estimé à 500 millions de dollars. Cette mesure soulève toutefois des critiques, car certains estiment qu'elle équivaut à payer des criminels pour tenter d'acheter la paix.

Les ministres des Affaires étrangères de 70 pays se concertaient dans le cadre de la Conférence de Londres pour poser les jalons du développement de l'Afghanistan, dans la perspective de lui permettre de retrouver son autonomie. Les différents acteurs du conflit afghan étaient aussi présents à la conférence, à l'exception des talibans.

Ceux-ci ont rapidement dénoncé une conférence qu'ils considèrent comme un outil de propagande, selon le centre de surveillance des sites islamistes SITE.

Un horizon de 10 à 15 ans

Une priorité cruciale en Afghanistan sera, dans les années à venir, de faire progresser le développement économique du pays, mais le président Hamid Karzaï prévoit que cela prendra du temps. Il évalue que son pays aura encore besoin de l'aide financière de la communauté internationale pendant 10 à 15 ans.

Dans son discours d'ouverture de la conférence, le président afghan a posé les conditions essentielles pour permettre la croissance économique de son pays, soit le développement de l'éducation, de la santé, de l'assistance technologique, de l'électrification et de la construction de système d'irrigation pour développer l'agriculture.

Sur un plan strictement politique, M. Karzaï s'est dit déterminé à mettre fin à la culture d'impunité qui existe en Afghanistan et à lutter contre la corruption.

Lutte contre la drogue: le Canada double son aide

Le Canada va presque doubler sa contribution financière à la guerre contre le trafic de drogue en Afghanistan. De passage à Londres, le ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, a indiqué que le Canada versera une somme de 25 millions de dollars, un montant qui s'ajoute aux 30 millions de dollars fournis en 2007. L'Afghanistan est le premier producteur d'opiacés au monde.

Le président Hamid Karzaï a dit estimer que tous les pays représentés à la conférence reconnaissent que les discussions à l'ordre du jour sont vitales pour les sécurités nationales de tous, la stabilité de la région et la sécurité du monde.

La Conférence de Londres sera suivie par une autre rencontre internationale sur l'Afghanistan, qui devrait avoir lieu à Kaboul en mars ou avril.

Avec les informations de Agence France-Presse, Reuters, et BBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !