•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Washington appelle à la retenue

Un navire sud-coréen à la base navale de Incheon, en mer Jaune.

Un navire sud-coréen à la base navale de Incheon, en mer Jaune.

Photo : AFP / Park Ji-Hwan

Radio-Canada

Les États-Unis condamnent les échanges de tirs entre les deux Corées près d'une zone frontalière et appellent au calme les deux pays voisins. Washington déplore aussi les provocations de Pyongyang.

Les États-Unis ont condamné mercredi les échanges de tirs entre les deux Corées, qui ont lieu plus tôt près d'une zone frontalière maritime sensible en mer Jaune.

« Bien qu'il s'agisse d'une question bilatérale entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, nous sommes clairement opposés à tout nouvel acte d'agression qui augmenterait les tensions dans cette zone frontalière historiquement disputée », a déclaré le porte-parole du Pentagone, Geoff Morrell. Il a appelé « tout le monde » à « faire preuve de retenue ».

La Corée du Nord avait interdit mardi une zone à la navigation au large de sa côte occidentale, laissant penser qu'elle préparait un tir expérimental de missiles.

Pour le porte-parole du département d'État, Philip Crowley, cette interdiction et la batterie de tirs qui ont suivi sont des « actes de provocation ».

La Corée du Nord aurait tiré une trentaine de coups et le Sud près de trois fois plus pour répliquer, selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Ce n'est pas le premier accrochage du genre entre les deux pays voisins. En novembre dernier, les autorités sud-coréennes avaient infligé d'importants dégâts à un bateau nord-coréen qui avait franchi la frontière maritime, faisant fi des tirs de semonce.

Pyongyang avait alors assuré qu'il aurait recours à des « moyens militaires » pour protéger sa frontière maritime.

La zone maritime frontalière est une source incessante de conflit entre Pyongyang et Séoul depuis la fin de la guerre de Corée, en 1953. Le Nord conteste son tracé établi par les Nations unies à la fin du conflit et demande à ce qu'il soit repoussé vers le sud.

Selon un expert attaché à l'Institut coréen d'analyse de Défense, Baek Seung-Joo, il est très probable que la Corée du Nord continue ces actes de provocation de faible intensité au cours des prochains mois. Il doute toutefois qu'elle en vienne à des actes extrêmes, puisqu'elle veut maintenir sa coopération économique avec son voisin du sud.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !