•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Traiter l'anxiété, prévenir le suicide

Radio-Canada

Des chercheurs montréalais soutiennent que les jeunes homosexuels qui se sont enlevés la vie présentaient plus de problèmes d'anxiété que les autres et consultaient aussi davantage de professionnels en santé mentale.

Une prévention mieux ciblée de la part des professionnels en santé mental pourrait bien aider à prévenir de nombreux suicides chez les jeunes gais et lesbiennes.

Des chercheurs montréalais de l'Institut universitaire en santé mentale Douglas ont montré que les jeunes homosexuels présentent douze fois plus de risque de souffrir de problèmes d'anxiété que les autres.

La Dre Johanne Renaud et ses collègues constatent par ailleurs que les jeunes gais qui se suicident ont en grande majorité consulté auparavant un professionnel de la santé ou un psychiatre, et ont même été hospitalisés.

Selon les auteurs, ces résultats doivent être pris en compte par les divers intervenants qui doivent considérer les troubles d'anxiété chez les jeunes comme un facteur de risque de suicide et mettre sur pied un meilleur plan de prévention.

Cette recherche est la première à se pencher sur l'orientation et l'identité sexuelle comme facteur de risque de suicide.

Pour en arriver à cette conclusion, les auteurs ont étudié les cas de 55 enfants et adolescents qui se sont enlevés la vie et de 55 sujets témoins de la collectivité ainsi que des proches.

Le détail de cette recherche est publié dans la Revue canadienne de psychiatrie.

Selon l'organisme Gai Écoute, les jeunes homosexuels présentent un risque de suicide de 6 à 14 fois plus élevé que les jeunes hétérosexuels.