•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le corps de Serge Marcil retrouvé

Serge Marcil (1944-2010)

Serge Marcil (1944-2010)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le corps de l'ancien ministre libéral Serge Marcil a été retrouvé vendredi soir à Port-au-Prince. Son décès a été confirmé par sa conjointe, qui s'était rendue sur place pour participer aux recherches.

Dix jours après le tremblement de terre survenu en Haïti, le corps de l'ancien député libéral Serge Marcil a été retrouvé vendredi en soirée dans les décombres de l'hôtel Montana, à Port-au-Prince.

Son identité a été confirmée par sa conjointe, Christiane Pelchat, présidente du Conseil du statut de la femme, qui s'était rendue sur place pour participer aux recherches.

Dans un point de presse, Christiane Pelchat a rappelé que d'autres Québécois et Canadiens étaient toujours sans nouvelles de leurs proches. Elle a dit comprendre que les familles se plaignent du manque d'information. Elle s'est toutefois portée à la défense de l'ambassade canadienne, qui « en avait plein les bras » et « ne pouvait pas tout contrôler », a-t-elle constaté là-bas.

Ce que je peux dire aux

Une citation de :Christiane Pelchat

familles, c'est que tout est fait pour récupérer les corps des membres de leurs familles qui sont sous le Montana.

Avec des sanglots dans la voix, Mme Pelchat a parlé de son mari, de son humanisme et de son amour d'Haïti. « Mon mari aimait Haïti beaucoup, beaucoup. Il n'était pas ici par obligation » a-t-elle expliqué.

Faisant écho à la pensée de son conjoint, Christiane Pelchat a aussi fait un plaidoyer pour l'amélioration des conditions de vie dans ce pays.

Serge Marcil était arrivé en Haïti quelques heures seulement avant le séisme. Sa famille et son employeur, la firme d'ingénierie SM International, étaient depuis sans nouvelles de lui. Sa dépouille sera rapatriée dimanche.

Un humaniste et politicien regretté

Réagissant à l'annonce du décès de M. Marcil au sortir d'une messe pour Haïti à l'Oratoire Saint-Joseph, le premier ministre Jean Charest a salué la mémoire du défunt politicien.

« Il était un des parlementaires qui incarnait cette ouverture sur l'extérieur et cette volonté de donner aux autres », a-t-il déclaré.

Jacques Dupuis, ministre de la Sécurité publique, a aussi rendu hommage à M. Marcil. « J'ai appris la politique en regardant Serge alors qu'il était député, ensuite ministre [...] j'ai pensé à lui tout au long de la cérémonie [la messe pour Haïti] », a-t-il dit.

L'ex-député libéral Jacques Chagnon, ami du défunt, a évoqué son souvenir les larmes aux yeux, au sortir de la messe à l'Oratoire Saint-Joseph.

C'était un homme très optimiste, c'était un bon vivant. Je gage que s'il avait survécu à ce tremblement de terre il ne serait pas revenu, il serait resté là pour reconstruire.

Une citation de :Jacques Chagnon

L'ancien premier ministre Daniel Johnson fils a loué, sur les ondes de RDI, son « coeur immense », son « honnêteté » et son « intégrité ».

Par voie de communiqué, le premier ministre du Canada Stephen Harper a salué sa carrière et offert ses condoléances à son épouse Christiane Pelchat et à ses enfants, Olivier, Émilie et Sarah.

Serge Marcil a été élu député libéral en 1985, accédant au conseil des ministres comme titulaire de l'Emploi en 1994, dans le gouvernement libéral de Daniel Johnson fils.

La même année, il a été défait lors des élections générales qui ont porté le Parti québécois au pouvoir. Il a été directeur général du Parti libéral du Québec de 1996 à 1998.

Par la suite, Serge Marcil a été député du Parti libéral du Canada de 2000 à 2004. Il a fait un retour au provincial en devenant chef de cabinet du leader parlementaire Jacques Dupuis de 2005 à 2006. En 2007, il a occupé les fonctions de directeur général du Parti libéral du Canada au Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !