•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pacification sera longue

Des soldats pakistanais déployés dans le

Des soldats pakistanais déployés dans le Waziristan du Sud

Photo : AFP / Nicolas Asfouri

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'armée pakistanaise estime qu'il faudra six mois à un an pour venir à bout des talibans pakistanais dans le Waziristan du Sud.

Trois mois après le déclenchement d'une vaste opération, l'armée pakistanaise estime qu'il faudra encore six mois à un an pour pacifier le Waziristan du Sud.

Islamabad a engagé quelque 30 000 soldats dans cette offensive, appuyés par des hélicoptères et des avions de chasse. Le Pakistan assure que les talibans sont en fuite dans les montagnes du district ou dans des districts tribaux voisins, partiellement aux mains des insurgés islamistes.

Le Waziristan du Sud, district tribal frontalier avec l'Afghanistan, était le fief du Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), qui a fait allégeance à Al-Qaïda. Ce mouvement est considéré comme responsable de l'essentiel de la vague d'attentats qui a fait près de 3000 morts dans tout le pays en deux ans et demi.

Pression américaine

Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates, qui se trouve au Pakistan, a demandé à Islamabad d'étendre son offensive au Waziristan du Nord, un autre fief de talibans pakistanais alliés à leurs pairs afghans.

Washington reproche au Pakistan de combattre les talibans qui mènent des actes terroristes sur son territoire et pas, ou pas assez, ceux qui soutiennent plus particulièrement l'insurrection dans l'Afghanistan voisin.

Les États-Unis considèrent qu'Al-Qaïda a reconstitué ses forces dans les zones tribales pakistanaises et que les talibans afghans y ont installé d'importantes bases arrière, à partir desquelles ils lancent des attaques contre les forces internationales en Afghanistan.

Mais le porte-parole de l'armée, le général Athar Abbas, a répondu qu'il était impossible d'ouvrir un nouveau front avant d'en finir avec le Waziristan du Sud.

Par ailleurs, Robert Gates s'est rendu au Pakistan pour tenter de dissiper le « déficit de confiance » qui s'est installé entre les deux pays.

« Le principal objet de ma visite sera [...] de donner de nouvelles assurances aux Pakistanais sur le fait que nous sommes là pour longtemps et entendons continuer à être leur partenaire dans un avenir lointain », a déclaré M. Gates.

Les États-Unis sont le premier donateur du Pakistan. Ils lui ont apporté quelque 15 milliards d'aide, y compris pour la sécurité, depuis qu'Islamabad s'est engagé dans la lutte contre le terrorisme après les attentats du 11 septembre 2001.

Attaques américaines

Ces dernières semaines, les drones de la CIA ou de l'armée américaine basés en Afghanistan ont intensifié leur campagne de tirs de missiles dans le nord-ouest pakistanais, concentrant leurs attaques sur le Waziristan du Nord.

Onze salves de missiles américains ont tué au moins 81 personnes depuis le 1er janvier, des insurgés islamistes pour la plupart, selon les militaires pakistanais.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !