•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'attrait de la banlieue

Des passants dans la rue

Des passants dans la rue (archives)

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un récent bilan de l'Institut de la Statistique du Québec confirme l'engouement des Montréalais pour les régions de Lanaudière, Laval, Montérégie et des Laurentides, en raison notamment du moindre coût des maisons.

Une fois de plus, l'engouement pour les régions périphériques de Montréal se confirme, selon le bilan migratoire de l'Institut de la Statistique du Québec (ISQ), qui couvre la période allant de juillet 2008 à juillet 2009.

D'après ces dernières statistiques, Lanaudière, Laval, la Montérégie et les Laurentides ont accueilli 85 % des résidents qui ont décidé de quitter Montréal.

De l'avis de Jean-François Lachance, démographe à l'ISQ, cette tendance est motivée notamment par le coût moins élevé des maisons et des taxes foncières dans ces régions par rapport à Montréal, ainsi qu'à l'amélioration des infrastructures de transport.

En tout, 209 000 Québécois, soit 2,7 % de la population, ont changé de région administrative entre juillet 2008 et juillet 2009.

M. Lachance constate toutefois que la migration vers la banlieue se concentre sur certains secteurs spécifiques. De plus, les nouveaux banlieusards préfèrent à s'éloigner du centre-ville.

Ainsi, la MRC qui a reçu le plus grand nombre de Montréalais entre juillet 2008 et juillet 2009 est celle de Rouville, en Montérégie, où l'on retrouve notamment les villes de Rougemont et de Marieville.

Par ailleurs, les données de l'ISP confirment la perte migratoire dans les régions de la Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine et de la Côte-Nord. La tendance est toutefois moins importante que par le passé. Ces régions enregistrent même un retour de leurs anciens résidents, souvent après leurs études.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !