•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une forêt boréale transformée

Forêt

(archives)

Radio-Canada

Selon une étude d'un chercheur de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, le réchauffement climatique permettra une meilleure croissance des arbres et l'apparition d'une importante quantité de feuillus dans les forêt du nord.

Selon une étude d'un chercheur de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, les changements climatiques pourraient considérablement modifier la forêt boréale.

Le chercheur Jianguo Huang a concentré ses recherches sur quatre espèces qui poussent dans les forêts boréales: le peuplier faux-tremble, le bouleau blanc, l'épinette noire et le pin gris. Il croit que la croissance de ces arbres devrait être considérablement accélérée d'ici 2050.

« Les espèces vont croître mieux. Mais aussi, celles qui sont limitées au nord, si on pense aux espèces feuillues, vont avoir la chance de pouvoir se développer et occuper plus de territoire. Les travaux n'ont pas porté sur ces espèces-là, mais si on pense par exemple à l'érable à sucre, bien à Rouyn-Noranda ça pourrait vouloir dire qu'on pourrait en avoir en abondance », résume le titulaire de la Chaire de recherche industrielle en aménagement forestier durable, Yves Bergeron.

L'étude détonne avec la plupart des travaux menés en lien avec le réchauffement climatique, puisque Jianguo Huang y voit un certain avantage économique.

« Ça va procurer une grande quantité de bois pour l'industrie forestière », dit-il.

La croissance des arbres étudiés pourrait toutefois être freinée par une augmentation du nombre d'incendies de forêt et par des épidémies d'insectes.