•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de Kate McGarrigle

de gauche à droite: Kate et Anna McGarrigle, en 2004

de gauche à droite: Kate et Anna McGarrigle, en 2004

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada

Kate McGarrigle, qui formait un duo célèbre avec sa soeur Anna, est emportée par le cancer. Elle avait 63 ans. Sa mort attriste tant le public que la communauté artistique.

L'auteure-compositrice-interprète Kate McGarrigle a succombé à un cancer. Elle avait 63 ans. Elle était née le 9 février 1946.

Pendant plus de 40 ans, Kate a formé avec sa soeur Anna le duo Kate et Anna McGarrigle. Leur dernière apparition publique remonte au 9 décembre 2009. C'était à Londres, sur la scène du Royal Albert Hall.

Son décès attriste l'auteur-compositeur-interprète Michel Rivard, qui a découvert les soeurs McGarrigle à l'époque de Beau Dommage.

Il y a des chansons de Kate qui sont absolument des petits bijoux d'écriture. Je suis très triste, même dévasté depuis quelques jours, depuis que je sais que c'étaient ses derniers moments.[[citation auteur="Michel Rivard, à « C'est bien meilleur le matin »" ]]

Selon la chanteuse et comédienne Louise Forestier, les soeurs McGarrigle avaient un « son unique ». « Jamais des voix n'ont eu des harmonies aussi modernes dans un répertoire folklorique. Elles chantaient comme des trompettes, des clarinettes. Elles avaient des voix extrêmement percutantes et Rufus Wainwright [le fils de Kate] en a hérité ».

Jim Corcoran en entrevue avec Claude DeschênesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jim Corcoran en entrevue avec Claude Deschênes

Pour elle, Kate et Anna ont grandement marqué le Québec lorsqu'elles ont commencé à chanter et à écrire aussi en français. « Elles ont sauté la clôture culturelle qui était très présente à l'époque, comme Leonard Cohen, se rappelle Louise Forestier. On s'est réveillé, les Québécois, et on a réalisé qu'il n'y avait pas que nous qui faisions des chansons. Ç'a été culturellement d'une grande importance. »

Jim Corcoran, qui a découvert le duo McGarrigle dans les années 1970, n'en croit pas moins. Il souligne en plus la « fraîcheur » que les deux femmes apportaient avec leur musique.

Quand elles ont commencé à chanter en français, elles ont secoué le Québec, parce qu'elles arrivaient avec leur son, leur bagage, leur influence, c'était tout à fait nouveau.

Jim Corcoran

Pour souligner l'apport majeur de Kate McGarrigle à la vie culturelle du pays, le Centre national des Arts du Canada a mis ses drapeaux en berne à Ottawa.

Témoignage de son fils

Rufus Wainwright à New York le 3 marsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Rufus Wainwright à New York, le 3 mars dernier

Photo : AFP / Stephen Lovekin/Getty Images

Le fils de Kate McGarrigle, Rufus Wainwright, a livré un témoignage émouvant dans un bref commentaire sur son site web. Selon lui, sa mère a peut-être perdu sa longue bataille contre le cancer, mais elle aura eu le temps de vivre et d'accomplir de nombreuses choses pendant ces trois précieuses années.

« Elle a assisté au mariage de sa fille, à la création de mon premier opéra, elle est devenue grand-mère et a donné la plus grande performance de sa vie devant une salle comble au Royal Albert Hall, à Londres, sans oublier les nombreux voyages, écrit-il. Oui, ce fut trop court, mais comme je l'ai dit à sa soeur Anna la nuit dernière, il n'y a jamais assez de temps, et mon incroyable mère, de qui tout le monde tombe en amour, a vraiment vécu. »

Vie consacrée à la musique

Kate McGarrigle était la cadette du duo. Comme sa soeur Anna, elle voit le jour à Montréal d'une mère québécoise et d'un père d'origine anglaise. Toutes deux grandissent à Saint-Sauveur des Monts, dans les Laurentides. Elles apprennent le piano chez les religieuses, et les séances de chant en famille sont chose courante.

Dans les années 60, Kate étudie le génie à l'Université McGill. Parallèlement, les soeurs McGarrigle deviennent des vedettes de la scène folk et entreprennent d'écrire leurs chansons. Quand certaines de leurs chansons entrent dans le répertoire d'artistes établis, Kate et Anna sont invitées à enregistrer un premier album.

Cet album du même nom est couronné Disque de l'année en 1975 par le magazine britannique Melody Maker. La seule chanson en français de l'album, La Complainte pour Sainte-Catherine, devient l'un des grands succès des années 70.

Kate et Anna ont toujours fait carrière en duo, même après l'installation de Kate avec son mari à New York, dans les années 70. Elle aura deux enfants avec Loudon Wainwright: Rufus et Martha.

Elles ont chanté et joué ensemble toute leur vie. Kate aimait créer en duo.

Deux, c'est toujours plus facile qu'être une. Deux, c'est comme des twin stars. Quand il y a deux étoiles, il en a une qui aide l'autre à briller.[[citation auteur="Kate McGarrigle" ]]

Kate et Anna McGarrigle ont reçu des récompenses prestigieuses:

  • l'Ordre du Canada en 1993
  • le Prix du gouverneur général pour les arts de la scène en 2004
  • le Prix d'excellence de la SOCAN pour l'ensemble de leur oeuvre, soit une dizaine d'albums, en 2006

Kate McGarrigle avait créé le Fonds Kate McGarrigle, pour les personnes atteintes du cancer, en signe de reconnaissance pour les soins médicaux qu'elle a reçus à Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !