•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

«Ali le Chimique» condamné à la pendaison

Ali Hassan al-Majid, lors de son procès pour génocide à Bagdad le 8 janvier 2007

Ali Hassan al-Majid, lors de son procès pour génocide à Bagdad le 8 janvier 2007.

Photo : AFP / Darko Vojinovic

Radio-Canada

Ali Hassan al Madjid, dit « Ali le chimique », a été condamné à la pendaison, dimanche, pour le massacre de 5000 Kurdes irakiens à Halabja en 1988. Le cousin de l'ex-président Saddam Hussein a été condamné à mort quatre fois.

Ali Hassan al Madjid, dit « Ali le chimique », a été condamné, dimanche, à être pendu pour le massacre de 5000 Kurdes irakiens à Halabja en 1988.

Depuis qu'il a été capturé par les Américains en août 2003, le cousin de l'ancien président Saddam Hussein a été condamné à mort quatre fois.

Il a été condamné une première fois, en juin 2007, pour son rôle dans la campagne militaire contre les Kurdes menée sous le nom de code d'Anfal entre février et août 1988.

Il a été condamné une deuxième fois en décembre 2008, pour son rôle dans l'écrasement d'une révolte chiite après la guerre du Golfe en 1991.

Et une troisième fois en mars 2009, pour son implication dans le meurtre et le déplacement de populations musulmanes chiites en 1999.

Entre 1979 et 2003, environ 290 000 personnes ont disparu en Irak sous la présidence de Saddam Hussein, selon l'ONG américaine Human Rights Watch.

Saddam Hussein, lui, a été exécuté en décembre 2006 pour crimes contre l'humanité. Il a été reconnu coupable de la mort de 148 musulmans chiites à la suite d'une tentative d'assassinat en 1982.

Au service de Saddam Hussein

Ali Hassan al-Majid a été l'homme de main redouté de son cousin Saddam Hussein durant 35 ans. Agent de liaison militaire jusqu'au coup d'État qui porta en 1968 le parti Baas au pouvoir, il a été surnommé « Ali le Chimique » pour avoir ordonné, en 1988, le bombardement au gaz de la ville kurde d'Halabja, tuant des milliers de personnes, femmes et enfants.

Il a aussi été surnommé « le boucher du Kurdistan » pour avoir pratiqué en mai 1987 une politique de terre brûlée, en évacuant de force la population et le bétail près des frontières jordanienne et saoudienne, loin des zones d'implantation traditionnelles des Kurdes.

Il a également supervisé l'occupation du Koweït d'août à novembre 1990.

« Ali le Chimique » était responsable de la région militaire sud de l'Irak. Il devait la défendre contre l'offensive américaine lancée le 20 mars 2003.

Roi de pique dans le jeu de cartes des personnes recherchées par les Américains après l'invasion de l'Irak, il a été capturé le 21 août 2003.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters