•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La diaspora haïtienne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Haïti est divisé en 10 départements, mais sa diaspora qui compte près de 2 millions de personnes est couramment appelée le 11e département.

Une première vague historique d'émigration a commencé après l'arrivée au pouvoir de François Duvalier, en 1957, et s'est poursuivie jusqu'au départ du pouvoir de son fils, Jean-Claude, en 1986.

Cette vague de réfugiés politiques était constituée de classes aisées et d'intellectuels qui s'opposaient au régime dictatorial.

Une seconde vague, économique celle-là, se poursuit depuis le début des années 1990.

Les principaux pays d'accueil sont les États-Unis (plus d'un million de personnes) et le Canada (environ 150 000 personnes).

Aux États-Unis, voici les principales communautés:

  • New-York: 600 000 personnes
  • Miami: plus de 200 000 personnes
  • Philadelphie: environ 30 000 personnes
  • Chicago: 15 000 personnes
  • Boston: 8000 personnes

Au Canada, les ressortissants haïtiens sont concentrés:

  • Dans la région de Montréal: entre 75 000 et 100 000
  • Dans la région de Toronto: entre 10 000 et 15 000

Plus de 500 000 Haïtiens auraient aussi traversé la frontière pour couper la canne à sucre en République dominicaine et quelque 300 000 auraient opté pour Cuba.

Pas moins de 100 000 Haïtiens vivent aujourd'hui en France. Ils seraient entre 40 000 et 70 000 dans la région parisienne uniquement.

En outre, d'autres territoires français accueillent des Haitiens:

  • Plus de 8000 habitent en Guyane
  • Environ 1000 en Guadeloupe
  • Environ 1700 en Martinique

L'Amérique du Sud en compterait 75 000, dispersés dans les divers pays.

Ces nombres ne doivent être considérés qu'à titre d'indication, puisqu'ils ne sont que des estimations. Il existe des différences importantes entre les diverses sources consultées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !