•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des spécialistes l'avaient prévu

Séisme à Port-au-Prince
Le palais présidentiel a été détruit par le séisme. Photo: Twitter
Radio-Canada

Des sismologues, dont le professeur Patrick Charles, avaient prédit avec précision en 2008 le séisme qui vient de secouer Haïti.

Il y a un peu plus d'un an, soit le 25 septembre 2008, le journal haïtien Le Matin avait ouvert ses colonnes à Patrick Charles, 65 ans, géologue et ancien professeur à l'Institut de Géologie appliquée de La Havane. Celui-ci prédisait déjà le drame que vient de vivre Haïti.

« Toutes les conditions sont réunies pour qu'un séisme majeur se produise à Port-au-Prince. Les habitants de la capitale haïtienne doivent se préparer à ce scénario qui finira, tôt ou tard, par arriver [...] Dieu merci, la science met à notre disposition des instruments pouvant prévoir ces genres d'événement, tout en nous permettant de démontrer nos conclusions. C'est le temps et le hasard qui jouent en faveur de notre capitale. Une grande catastrophe plane sur notre tête. »

Autant le propos que la conviction du géologue Patrick Charles intriguaient. Pour convaincre ses interlocuteurs journalistes du journal Le Matin, il n'a pas hésité à donner un cours détaillé de géologie, en se servant de cartes géologiques très précises et de son ordinateur.

Port-au-Prince est construite sur une grande faille qui part de Pétionville, traverse toute la presqu'île du sud, pour aboutir à Tiburon. En 1751 et en 1771, cette ville a été complètement détruite par un séisme. Je parie mes yeux que cela se reproduira. La science peut aisément le confirmer.

Le géologue Patrick Charles

Selon le journal, déjà du 1er au 12 septembre 2008, trois secousses mineures avaient été enregistrées à Pétionville, Delmas, Croix-des-Bouquets, plaine du Cul-de-Sacc. Le directeur du Bureau des Mines et de l'Énergie (BME), l'ingénieur Dieuseul Anglade, a confirmé ces informations. « Ces secousses mineures sont inquiétantes. Elles annoncent généralement des séismes de plus forte intensité », prévenait le professeur Patrick Charles.

D'autres spécialistes à Port-Au-Prince avaient attiré l'attention sur l'imminence d'un séisme en Haïti. Au nombre de ceux-ci, le responsable du Bureau des Mines et de l'Énergie qui admettait: « Durant deux siècles, aucun séisme majeur n'a été enregistré dans la capitale haïtienne. La quantité d'énergie accumulée entre les failles nous fait courir le risque d'un séisme de 7,2 d'amplitude sur l'échelle de Richter. Mieux vaut ne pas en parler, il ne faut pas paniquer. Mais ce serait une catastrophe. »